Maldives : Lahiru Madhushanka a été libéré

Lahiru Madhushanka, un chauffeur sri-lankais incarcéré depuis plus de trois ans à l’issue d’un procès inique et soumis à des conditions de détention très difficiles, a été libéré.

«  Nous sommes soulagés d’apprendre que Lahiru Madhushanka a été acquitté de toutes les accusations retenues contre lui et remis en liberté par les autorités des Maldives. Pendant trois ans, Lahiru Madhushanka a été soumis à un traitement abominable, étant privé de ses droits fondamentaux à un procès équitable et soumis à un ensemble de graves violations des droits humains, a déclaré le directeur des recherches pour l’Asie du Sud à Amnesty International, Dinushika Dissanayake.

« Lahiru Madhushanka a été battu, privé de soins médicaux et détenu à l’isolement, ses conditions de détention étant absolument déplorables. Nous espérons qu’il obtiendra dument réparation et justice pour ce qu’il a enduré. Une enquête indépendante et transparente doit être menée d’urgence sur les plaintes relatives à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements.

« Amnesty International demande également aux autorités des Maldives de garantir des conditions de détention humaines, une protection contre la torture et les autres mauvais traitements et un accès à un procès équitable pour toutes les personnes incarcérées aux Maldives. »

Complément d’information

Amnesty a publié en octobre 2018 un document intitulé Prisoner in Paradise qui raconte l’histoire de Lahiru Madhushanka. Arrivé aux Maldives pour trouver un emploi en 2015, il s’est retrouvé accusé d’être un tireur d’élite ayant pour mission d’assassiner le président Abdulla Yameen.

Ce document décrit également les actes de torture et les autres mauvais traitements subis par cet homme pendant son incarcération.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.