Marikana : promesses non tenues sur le logement

Les actionnaires de Lonmin Plc, géant britannique de l’extraction du platine, doivent demander à la société quelles sont les mesures qu’elle prend pour améliorer les conditions de logement épouvantables de ses employés, conditions ayant contribué au conflit social qui a fait 34 morts parmi les mineurs grévistes en 2012, a déclaré Amnesty International mardi 24 janvier, en amont de l’Assemblée générale annuelle (AG) de Lonmin, qui doit avoir lieu le 26 janvier, à Londres.

L’organisation a recueilli des informations faisant état de la misère dans laquelle vivent toujours les salariés de Lonmin, sur le site de la mine de platine située à Marikana, en Afrique du Sud, en dépit des engagements juridiquement contraignants pris par la société. Celle-ci avait en effet annoncé la construction de 5 500 nouveaux logements il y a plus de 10 ans.

« Lonmin, l’un des plus gros producteurs de platine au monde, a reçu un coup de semonce quand un conflit social s’est aggravé, débouchant sur la mort de 34 mineurs grévistes, tués par la police sur son site de Marikana en 2012. Il est totalement inacceptable que la société continue de ne pas tenir ses promesses et qu’elle n’assure pas des conditions de vie décentes à ses salariés  », a déclaré Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique australe.

« Le moment est venu pour les actionnaires de Lonmin de poser de vraies questions au sujet du comportement de la société – et de ses engagements juridiquement contraignants – et de l’encourager à corriger ses erreurs passées. »

Le 26 janvier va se tenir la cinquième AG de Lonmin depuis que 34 mineurs grévistes ont été abattus à Marikana, le 16 août 2012, par des policiers sud-africains à la suite d’un litige sur les salaires. Elle réunira les actionnaires et les investisseurs de la société.

Complément d’information

Lonmin s’est constituée en société au Royaume-Uni en 1909. L’activité phare de la compagnie se situe à Marikana, dans la province du Nord-Ouest de Afrique du Sud. Ce site représente en effet 95 % de la production de Lonmin.
Le 16 août 2012, la police sud-africaine a abattu 34 hommes à Marikana. Plus de 70 autres ont été grièvement blessés. Il s’agissait d’employés de Lonmin qui s’étaient mis en grève pour dénoncer les bas salaires et les conditions dans la mine. Dix autres hommes sont morts dans les jours qui ont précédé ces événements.

Pour plus d’information

Marikana : les conditions de vie restent effroyable, Rapport, 15 août 2016

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse