Matysen.be - Un test auditif dénonçant l’ampleur du viol en Belgique

Nous vous remercions pour vos nombreuses réactions à notre campagne sur le viol, lancée en Belgique au mois de mars dernier. L’objectif est de sortir de l’ombre la problématique du viol, qui reste un sujet délicat et qui suscite la honte de celles et ceux qui en ont été victimes. Notre campagne a été pensée et mise en œuvre avec l’aide d’associations travaillant au quotidien avec des victimes de viol en Belgique.

www.matysen.be

Avec le test auditif, nous souhaitons interpeller le grand public sur l’ampleur de ce phénomène. En effet, un sondage réalisé en janvier 2014 par Amnesty et Dedicated révélait que, un jour dans leur vie, 13% des femmes interrogées ont été victimes de viol et que 25% de ces femmes se sont vues imposer des relations sexuelles par leur partenaire. De plus, un quart des femmes interrogées qui ont été exposées à des violences sexuelles graves ont banalisé ces violences. Elles ne les considéraient plus comme « grave » ou « très grave ». Enfin, un tiers des femmes qui ont été victimes de violence sexuelle n’ont jamais entrepris la moindre démarche.
Il nous est donc apparu urgent de sensibiliser le grand public à ce phénomène en utilisant un procédé qui le fera réagir. En effet, les diverses campagnes contre le viol mises en place ces dernières années par les associations et par le gouvernement belge ne sont pas complètement parvenues à briser le tabou qui l’entoure. Il nous a donc paru opportun d’utiliser un procédé plus percutant. Nous voulions parler et faire parler du viol, et cet objectif est atteint.

Cependant, nous entendons aussi les interrogations et les remarques que le test auditif a suscitées.

Certains ont réagi en affirmant que le slogan « Quand c’est non, c’est non » pouvait être interprété comme rendant la victime responsable de son viol si elle n’a pas dit clairement « Non ». Cependant, nous avons toujours communiqué sur le fait que « Quand c’est non, c’est non » est un NON au viol. Une personne qui n’a pas dit non ne doit pas être tenue responsable du crime qu’elle a subi. Il y a de nombreuses façons de dire non, un silence peut-être un non, un « Pas ce soir » également. Ce slogan est également une incitation pour les victimes à dire non « Non », sans devoir en avoir honte.

D’autres regrettent le fait qu’il n’est pas fait état de la situation des hommes. Notre campagne est une campagne contre le viol en général et parle des victimes, qu’elles soient hommes, femmes ou intersexes. Les recommandations que nous faisons au gouvernement belge concernent l’amélioration de la prise en charge des victimes, sans faire de différence entre les victimes. Cependant, dans notre communication, les femmes sont mises en avant, car le sondage que nous avons réalisé montre clairement qu’elles sont de loin les principales victimes de viol.

Notons que notre objectif n’était certainement pas de replonger les victimes de viol dans un traumatisme que l’on sait bien réel, mais de faire réagir les personnes qui ont les moyens de les soutenir et qui, à nos yeux, ne prennent pas suffisamment leurs responsabilités. Il est pourtant crucial d’améliorer la prévention et la prise en charge des victimes pour mettre fin à ce fléau. Ce test auditif a aussi été conçu comme un moyen pour les victimes de sentir que la société civile et les associations agissent contre ce phénomène. Cela peut leur permettre de se sentir soutenu(e) et leur apporter une motivation supplémentaire pour briser le silence qui entoure le viol.

Enfin, nous n’avons jamais souhaité faire croire aux internautes qu’ils auraient droit à une « surprise » en faisant le test, terme qui peut sous-entendre une fin amusante. Certains articles parus dans les médias ont malencontreusement utilisé ce terme, qui paraît en effet inadéquat par rapport à cette problématique délicate.

Nous sommes sensibles au fait que cette campagne ait pu interpeller certains d’entre vous. Sachez en tout cas que notre intention n’était pas de choquer gratuitement.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.