Communiqué de presse

Mexique. Amnesty International s’inquiète de la détention arbitraire de Pedro Canché, journaliste maya de l’État de Quintana Roo

Pedro Canché Herrera, un journaliste maya, a été arrêté pour sabotage le 30 août 2014, dans l’État mexicain de Quintana Roo. L’affaire concernant cet homme va bientôt être examinée par un juge fédéral, qui doit se prononcer sur les chefs d’accusation qui ont conduit à son placement en détention. Amnesty International craint qu’il soit détenu uniquement en raison de ses activités journalistiques et pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression.

Pedro Canché a été arrêté quelques jours après avoir publié des images d’une manifestation organisée par des habitants de la municipalité de Felipe Carrillo Puerto, devant les locaux de l’organisme local chargé de la gestion de l’eau, pour protester contre la hausse des tarifs et des taxes. Il se trouve depuis plus de six mois dans une prison municipale, dans l’attente de sa condamnation. Les pouvoirs publics locaux le considèrent comme le chef de file du mouvement de contestation et l’accusent d’avoir incité les manifestants à bloquer l’entrée de leurs bureaux.

Amnesty International s’inquiète du recours au système pénal pour poursuivre des journalistes critiques à l’égard du gouvernement. Étant donné l’interprétation large qui peut être faite de l’infraction de « sabotage », définie en termes vagues à l’article 204 du Code pénal de l’État de Quintana Roo, l’organisation craint que les autorités ne l’invoquent de façon arbitraire. L’organisation a de bonnes raisons de croire que des éléments arbitraires ont été utilisés par le procureur pour établir les chefs d’inculpation retenus contre Pedro Canché Herrera, en raison de ses activités journalistiques. Au nombre de ces éléments figurent notamment des erreurs et des irrégularités durant l’enquête pénale, ainsi que l’émission d’une ordonnance de mise en détention provisoire non étayée par des preuves suffisantes.

D’après les avocats de Pedro Canché, les éléments produits par le ministère public ne contiennent pas de dépositions permettant de prouver catégoriquement qu’il était directement responsable de la mise en place d’un barrage devant l’organisme de gestion de l’eau. Des photos de la manifestation montrent simplement Pedro Canché en train de prendre des photos de celle-ci.

L’organisation est préoccupée par les propos tenus publiquement par des représentants de l’État de Quintana Roo, qui ont nié que cet homme était journaliste. En outre, le procureur général de l’État l’a publiquement accusé d’avoir versé de l’argent aux manifestants pour qu’ils bloquent les locaux de l’organisme chargé de la gestion de l’eau.

Pedro Canché est journaliste depuis plus de 20 ans et est bien connu dans l’État de Quintana Roo, auparavant en tant que rédacteur de magazines imprimés et aujourd’hui pour ses contributions en tant qu’indépendant dans les médias en ligne.

Amnesty International a reçu des informations inquiétantes concernant l’état de santé de Pedro Canché pendant son incarcération. Il n’aurait notamment pas reçu immédiatement les soins médicaux nécessités par ses blessures, infligées semble-t-il lors de son arrestation. Amnesty International souligne qu’il est du devoir de l’État d’assurer la santé et le bien-être des personnes qu’il maintient en détention.

Amnesty International estime que Pedro Canché a été arrêté arbitrairement en raison de ses activités journalistiques. C’est la raison pour laquelle elle réclame l’abandon des poursuites engagées contre cet homme et demande que toute décision prise dans cette affaire reconnaisse le caractère arbitraire de la procédure judiciaire.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.