Communiqué de presse

Mexique. Meurtre d’un journaliste : la violence continue d’avoir des conséquences sur les vies et l’accès à l’information

Les responsables du meurtre du journaliste Jaime González Domínguez, tué à Ojinaga, au Mexique, le 3 mars 2013, doivent être traduits en justice, a déclaré Amnesty International.

Jaime González Domínguez, journaliste et rédacteur en chef de l’organe de presse électronique local Ojinaga Noticias, a été abattu de 18 balles dans le corps par un groupe d’hommes qui ont ensuite volé son appareil photo.

À la suite de ce meurtre et en raison des risques encourus par les collègues de cet homme, Ojinaga Noticias a cessé ses activités.

Les meurtres à répétition de journalistes ces dernières années, encouragés par l’impunité dont bénéficient généralement les auteurs de ces crimes, ont eu un impact direct sur le journalisme au Mexique.

Les journalistes et les professionnels des médias courent de grands risques, ce qui paralyse le travail médiatique sur la violence et les problèmes liés à la sécurité, en particulier dans les États du nord du pays.

Il est indispensable qu’une enquête exhaustive et efficace soit menée dans les meilleurs délais sur le meurtre de Jaime González Domínguez et que les autres journalistes travaillant dans la région bénéficient d’une protection.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.