Minerais du conflit : l’Europe doit montrer l’exemple

Le rôle de l’Europe dans l’assainissement du commerce mondial des minerais et la lutte contre les minerais du conflit est aujourd’hui plus important que jamais, a déclaré Amnesty International alors que le Parlement européen s’apprête à voter, jeudi 16 mars 2017, une nouvelle loi imposant aux entreprises de s’approvisionner en minerais de manière responsable.

Cette loi permettra de garantir que les minerais qui entrent dans l’Union européenne (UE) n’ont pas alimenté des violences ni des atteintes aux droits humains.

« Après la proposition du président des États-Unis Donald Trump de revenir sur les réformes destinées à enrayer les pratiques commerciales américaines irresponsables, le rôle de l’Europe dans l’assainissement du commerce des minerais est aujourd’hui plus important que jamais », a déclaré Nele Meyer, directrice au sein d’Amnesty International du programme Responsabilité des entreprises en matière de droits humains.

En vertu de la nouvelle loi européenne, les entreprises seront, pour la première fois, tenues d’adopter un comportement responsable à l’égard de leurs chaînes d’approvisionnement en minerais et de prendre des mesures pour empêcher que leurs pratiques commerciales ne soient associées à des conflits ou à des atteintes aux droits humains.

Des minerais du conflit, comme l’étain, le tantale, le tungstène et l’or, sont utilisés dans un vaste éventail de produits fabriqués et commercialisés en Europe, notamment des smartphones et des ordinateurs portables.

Le commerce de ces minerais finance des violences et des groupes armés en République démocratique du Congo (RDC) et dans d’autres pays.

Une fois adoptée, la nouvelle loi européenne s’appliquera aux entreprises qui importent des ressources minières à l’état brut, sous forme de minerais et de métaux. En revanche, elle ne concernera pas celles qui importent ces mêmes matériaux sous forme de composants ou de produits finis.

« Cette loi constitue une avancée positive, mais elle est affaiblie par un certain nombre de failles qui permettront à de nombreuses entreprises d’y échapper – notamment celles qui importent des minerais du conflit contenus dans des smartphones, des ordinateurs portables ou d’autres produits », a déclaré Nele Meyer.

« L’Union européenne devra renforcer sa législation à l’avenir.  »

Complément d’information

Le Parlement européen débattra de cette loi mercredi 15 mars 2017 à 16 h 00. Le vote aura lieu dans la matinée du 16 mars. Voir http://bit.ly/2njXc4U.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse