NÉPAL : Défenseurs des droits humains en danger - une protection internationale renforcée est nécessaire de toute urgence

Index AI : ASA 31/190/2004

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les défenseurs des droits humains au Népal sont confrontés à de graves
menaces tandis que la crise des droits humains dans le pays continue
d’empirer, ont déclaré ce dimanche 19 décembre Amnesty International, Human
Rights Watch et la Commission internationale de juristes.

Le gouvernement népalais et les Nations unies doivent commencer à faire
appliquer de façon effective l’accord signé mardi, qui prévoit que les
Nations unies apporteront leur aide à la Commission nationale des droits
humains (NHRC, National Human Rights Commission) dans sa tâche de
surveillance du respect des droits humains.

Ces derniers temps, de nombreux défenseurs des droits humains, notamment des
journalistes, des avocats, des membres du personnel de la NHRC et des
militants locaux engagés dans la défense des droits humains ont été
confrontés à un nombre accru d’actes de harcèlement de la part des forces de
sécurité et du Parti communiste népalais (maoïste). Des défenseurs des
droits humains ont été tués, détenus au titre des lois anti-terroristes,
enlevés, torturés ou menacés ; des descentes de police ont été effectuées
dans les bureaux d’organisations de défense des droits humains.

« Les défenseurs des droits humains au Népal jouent un rôle indispensable en
protégeant les personnes des exactions effroyables des forces de sécurité et
des insurgés maoïstes, a déclaré Ingrid Massage, directrice Asie d’Amnesty
International. Les agressions de défenseurs des droits humains ne violent
pas seulement les droits de ces défenseurs, elles augmentent également
grandement la vulnérabilité de tous les Népalais. »

La multiplication des menaces se produit alors que la communauté
internationale réagit avec un sentiment d’alarme grandissant à la situation
des droits humains dans le pays. Le Groupe de travail des Nations unies sur
les disparitions forcées ou involontaires a conclu mardi une visite au
Népal, après avoir enregistré le nombre le plus élevé au monde de
disparitions signalées.

Une délégation européenne de haut niveau - la troïka européenne conduite pas
les Pays-Bas - qui est au Népal cette semaine a observé une « situation des
droits humains en pleine déliquescence » et déclaré les « actes
d’intimidation et de harcèlement à l’égard des défenseurs des droits humains
absolument inacceptables ». À l’issue d’une mission de huit jours fin
novembre, la Commission internationale de juristes avait également demandé
que soient prises des mesures urgentes pour protéger les non-combattants et
stopper la spirale de violence qui entraîne le Népal vers l’anarchie.

« L’attention accrue portée à la crise des droits humains au Népal par les
experts en droits humains des Nations unies et de l’Union européenne est
signe d’une inquiétude internationale croissante, a déclaré Nicholas Howen,
secrétaire général de la Commission internationale de juristes. Mais qu’en
est-il des victimes et des défenseurs des droits humains une fois que les
dignitaires ont quitté le pays ? Le gouvernement et les Maoïstes doivent
autoriser les défenseurs des droits humains à agir librement. Les Nations
unies doivent apporter à la NHRC leur soutien au plus haut niveau pour
mettre sous surveillance les deux parties et leur demander des comptes. »

Le Protocole sur lequel se sont mis d’accord mardi le gouvernement népalais
et le haut-commissaire aux droits de l’homme engage le gouvernement à
accepter que la NHRC reçoive une assistance internationale, mais ne règle
pas un certain nombre de détails clés.

« Une surveillance efficace des droits humains est la clé de tout, selon
Brad Adams, directeur Asie de Human Rights Watch. Le haut-commissaire des
Nations unies aux droits de l’homme doit insister pour obtenir un nombre
suffisant de conseillers expérimentés du HCR et pour obtenir le plein accès
aux zones rurales. Mais une assistance technique seule ne suffira pas. La
commission des droits de l’homme des Nations unies devra aussi réagir face à
des atteintes aux droits humains de plus en plus graves. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse