Ouverture d’une enquête de l’ONU sur les frappes aériennes américaines

En réaction à l’annonce faite par les Nations unies lundi 7 novembre concernant l’ouverture d’une enquête sur les frappes aériennes conduites la semaine dernière par les États-Unis dans la province de Kunduz, au cours desquelles plus de 30 civils ont été tués, Champa Patel, directrice pour l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« La terrible attaque menée à Kunduz la semaine dernière vient allonger la liste des événements qui ont fait des victimes parmi les civils afghans, lors d’attaques ayant semble-t-il enfreint le droit international humanitaire.

« Nous espérons que cette enquête de l’ONU sur les circonstances entourant le bombardement constituera un pas en avant sur le chemin de la vérité et de la justice pour les victimes et leurs familles.

« Si cette enquête finit par montrer que l’attaque a bafoué le droit international humanitaire, il est crucial que les forces des États-Unis et de l’OTAN soient tenues pour responsables. S’il existe des preuves de crimes de guerre, il importe que les responsables présumés soient poursuivis dans le cadre de procès équitables.  »

Complément d’information :

Dans son rapport publié en 2014, Left in the Dark, Amnesty International a montré que l’obligation de rendre des comptes n’a pas été respectée en ce qui concerne des opérations militaires menées par les États-Unis en Afghanistan. Ce rapport, fondé sur des entretiens réalisés auprès de 125 victimes afghanes, de membres de leur famille et de témoins de ces attaques, a examiné de façon détaillée 10 attaques distinctes ayant entraîné la mort d’au moins 140 civils, dont au moins 50 enfants. Parmi ces attaques, un raid nocturne dans une habitation en février 2010 dans la province de Paktia, qui a coûté la vie à deux femmes enceintes, deux fonctionnaires de la justice pénale et une adolescente.

Les forces armées américaines ont ouvert leur propre enquête sur les frappes aériennes à Kunduz.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse