Ouzbékistan : L’Union européenne ne doit pas oublier les massacres d’Andijan

Bruxelles – Alors que les ministres européens des Affaires étrangères se réunissent ce lundi 28 avril 2008 pour débattre de la suspension des sanctions imposées à l’Ouzbékistan, Amnesty International rappelle que l’Union européenne (UE) ne doit pas oublier les massacres perpétrés par les forces gouvernementales à Andijan. Au lendemain de ces tueries qui ont eu lieu en 2005, l’UE a imposé des sanctions à l’Ouzbékistan et exigé la tenue d’une enquête internationale indépendante sur ces événements ; or, cette enquête n’a toujours pas été ordonnée. L’UE doit rester ferme et maintenir sa requête.

« L’UE ne peut pas oublier pourquoi elle a imposé des sanctions à l’Ouzbékistan : afin d’obtenir qu’une enquête indépendante soit diligentée sur l’homicide de centaines de personnes qui protestaient contre le gouvernement, a affirmé Natalia Alonso, directrice adjointe du Bureau européen d’Amnesty International. Depuis trois ans, les familles des victimes d’Andijan attendent que justice leur soit rendue. »

Amnesty International est préoccupée par les conséquences que la décision des ministres européens pourrait avoir sur la situation des droits humains dans le pays. Plus particulièrement, elle redoute que cela n’envoie un message erroné concernant les massacres d’Andijan, à savoir que l’Ouzbékistan peut continuer d’ignorer les appels en faveur d’une enquête indépendante en toute impunité.

Bien que la situation des droits humains en Ouzbékistan se soit améliorée, le gouvernement continue de restreindre la liberté de mouvement et d’expression des journalistes indépendants et des défenseurs des droits humains, y compris des organisations non gouvernementales (ONG) internationales. Jusqu’ici, il s’est abstenu d’enquêter sur des allégations concordantes de torture et d’autres mauvais traitements.

Les personnes souhaitant commenter cette information, obtenir des détails ou prendre rendez-vous pour un entretien doivent s’adresser au :

Bureau européen d’Amnesty International à Bruxelles
Téléphone : 32 2 5021499
Fax : 32 2 5025686
Courriel : amnesty-eu@aieu.be

Toutes les infos

Infos liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition