PAKISTAN. La visite du président Zardari au Royaume-Uni doit permettre des avancées pour les droits humains dans le nord-ouest du pays

Index AI : PRE 01/265/2010

ÉFAI - 2 août 2010

Le président pakistanais Asif Ali Zardari doit profiter de sa visite au Royaume-Uni pour annoncer des réformes qui aideront à lutter contre les atteintes aux droits humains dans le nord-ouest du pays, a déclaré Amnesty International ce lundi 2 août.

Ce chef d’État doit arriver au Royaume-Uni le 3 août, alors que les dirigeants internationaux portent actuellement leur attention sur la réponse du Pakistan à l’insurrection menée par les talibans dans ses zones tribales du nord-ouest et en Afghanistan.

« Les conditions sont bonnes pour que le Pakistan montre qu’il est déterminé à trouver des solutions politiques aux atteintes aux droits humains, à la pauvreté et au vide constitutionnel dans le nord-ouest qui a permis aux talibans d’y revendiquer une telle autorité dès le départ, a souligné Sam Zarifi, directeur du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International.

« La population pakistanaise a terriblement souffert aux mains des talibans, mais une réponse principalement militaire a conduit au déplacement de plus d’un million de civils et fait des milliers de morts, sans traiter le fond du problème. »

Amnesty International appelle le président Zardari à tenir la promesse qu’il a faite le 14 août 2009 de réformer les lois d’exclusion qui s’appliquent toujours dans les zones tribales sous administration fédérale du nord-ouest et dans certaines parties de Khyber Pakhtunkhwa (anciennement province de la Frontière du Nord-Ouest).

L’Ordonnance de 1901 relative aux crimes commis dans la zone-frontière est une loi datant de l’époque coloniale qui exclut la population des zones tribales sous administration fédérale de la protection des tribunaux nationaux et de la Constitution du Pakistan, ce qui permet des sanctions militaires collectives et des restrictions des droits électoraux.

« Le président Zardari doit saisir cette occasion de répondre aux critiques en annonçant des réformes spécifiques et ambitieuses comme l’abrogation de l’Ordonnance de 1901 relative aux crimes commis dans la zone-frontière, qui traite le nord-ouest du Pakistan comme une zone exempte de droits humains », a fait remarquer Sam Zarifi.

Amnesty International engage également Asif Ali Zardari et le Premier ministre britannique, David Cameron, à intégrer de véritables critères en matière de droits humains dans leurs mesures de lutte contre le terrorisme et dans l’aide au développement accordée au Pakistan.

L’organisation estime que la réforme politique et le développement amélioreront la situation des droits humains dans la région et renforceront l’état de droit et le respect de l’obligation de rendre des comptes, qui doivent être au centre de toute stratégie de lutte antiterroriste dans le nord-ouest du Pakistan.

« Les gouvernements du Royaume-Uni et du Pakistan doivent travailler ensemble pour que la population du nord-ouest connaisse les droits humains et le développement. L’aide à ces régions sera gâchée s’il n’y a pas de réforme politique et de garanties en matière de respect des droits humains », a ajouté Sam Zarifi.

Le Royaume-Uni a promis 600 millions de livres sur cinq ans pour l’aide humanitaire aux personnes touchées par le conflit dans le nord-ouest du Pakistan, mais il faut qu’il fixe des critères en matière de droits humains dans la façon dont cet argent est utilisé, et qu’il fasse pression pour que cessent les disparitions forcées, les détentions arbitraires et les mauvais traitements à l’encontre de détenus.

En juin, Amnesty International a publié un rapport intitulé ‘As if Hell Fell On Me’ : the Human Rights Crisis in Northwest Pakistan, qui décrit les civils du nord-ouest comme pris au piège dans une zone exempte de droits humains, entre la domination des talibans et les ripostes brutales de l’armée pakistanaise.
http://www.amnesty.org/en/library/info/ASA33/004/2010/en

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.