PÉROU - Amnesty International condamne les menaces du Sentier lumineux

Index AI : AMR 46/002/2006

Amnesty International condamne énergiquement les menaces dont a fait l’objet Percy Tapia Vargas, représentante du Bureau du médiateur à Huancavelica.

« Il est totalement inacceptable que le Sentier lumineux continue de faire usage de la violence et menace l’intégrité de personnes qui défendent légitimement les droits fondamentaux de la population », a déclaré Nuria García, chercheuse sur le Pérou pour Amnesty International.

L’organisation a souligné l’importance de l’action du Bureau du médiateur en matière de promotion et de protection des droits fondamentaux.

« Il est temps que le Sentier lumineux mette fin une bonne fois pour toutes aux attaques contre la population », a conclu Nuria García.

Complément d’information

Percy Tapia a reçu sur son téléphone mobile mercredi 11 janvier 2006 deux messages de menaces de mort de militants présumés du Sentier lumineux.

Malgré la défaite du Sentier lumineux, des petites unités continuent d’opérer dans la région de Huallaga (département du Huánuco), dans le département d’Ayacucho et à Satipo (département de Junín). En décembre 2005, treize policiers sont morts dans des embuscades tendues par des membres du Sentier lumineux à Aucayacu (département du Huánuco) et dans la vallée du Río Apurímac-Ene. Au cours du même mois, un affrontement entre l’armée et le Sentier lumineux à Satipo (département de Junín) aurait fait un mort et quatre blessés.

Le Sentier lumineux s’est rendu coupable d’atrocités pendant le conflit armé qui a déchiré le Pérou de 1980 à 2000. La Commission vérité et réconciliation du Pérou a indiqué dans son rapport final que le Sentier lumineux était responsable de près de 54 % des crimes commis pendant ces deux décennies, faisant preuve d’une violence et d’une cruauté extrêmes contre ses victimes.

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse