Présidence finlandaise. Il faut une politique des droits humains cohérente et crédible

Communiqué de presse du Bureau européen

La présidence finlandaise doit combler les insuffisances de la protection des droits humains sur le territoire européen, a déclaré Amnesty International ce mercredi 28 juin, au moment de rendre publics un programme en 10 points et une lettre ouverte à la nouvelle présidence et à la Commission plaidant en faveur d’une politique globale des droits humains pour l’Union européenne. (La lettre et le programme en 10 points sont disponibles à l’adresse électronique suivante : http://www.amnesty-eu.org/.)

Dans leur programme opérationnel conjoint, l’Autriche et la Finlande ont reconnu que pour être cohérente et solide la politique de l’Union européenne (UE) en matière de droits humains devait accorder une attention suffisante à ce qui se passait à l’intérieur de ses frontières. Amnesty International espère que la Finlande donnera suite à cette prise de conscience.

« La mise au grand jour de complicités européennes dans les « restitutions » conduites par les États-Unis, et le non respect à grande échelle des droits des réfugiés et des migrants montrent que les graves violations des droits humains commises au sein de l’UE ne peuvent plus être considérées comme relevant uniquement des États membres », a déclaré Dick Oosting, directeur du Bureau d’Amnesty International, lors d’une conférence de presse à Vienne où le bilan de la présidence autrichienne a fait l’objet de critiques.

« L’Autriche a été efficace en ce qui concerne la défense des droits humains dans le cadre des relations extérieures de l’UE, mais elle n’a pas réussi à s’attaquer aux violations des droits humains commises sur le territoire européen, a commenté Dick Oosting. Les violences commises au nom de la lutte contre le terrorisme et l’érosion des droits dans la lutte contre l’immigration clandestine montrent que l’UE a un grave problème de deux poids, deux mesures. »

L’organisation de défense des droits humains a présenté à la nouvelle présidence finlandaise un programme en dix points visant à rendre les initiatives de l’UE en matière de droits humains plus crédibles et efficaces.

Amnesty International espère que la nouvelle présidence parviendra à raviver une partie de l’"esprit de Tampere" de 1999 qui avait créé un précédent en donnant à la politique d’asile et d’immigration de l’UE une impulsion décisive en matière de droits humains.

« Nous attendons de la Finlande un nouvel élan politique qui redonne crédibilité à la réputation d’avocate des droits humains de l’Union européenne », a conclu Dick Oosting.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées