RDC : Il faut enquêter sur la mort de deux étudiants tués par la police lors de manifestations sur le campus

Deux étudiants de l’Université de Kinshasa jeudi 15 novembre, sont morts à la suite de l’utilisation illégale de la force meurtrière par la police congolaise contre les manifestants présents sur le campus.

« L’utilisation de balles réelles pour disperser les manifestations étudiantes sur des campus universitaires en République démocratique du Congo (RDC) est odieuse et illégale. Nul ne devrait mourir parce qu’il ou elle exerce son droit à la liberté d’expression ou prend part à une manifestation pacifique, a déclaré Joan Nyanyuki, directrice du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International.

«  Le gouvernement doit immédiatement ouvrir une enquête approfondie et impartiale sur ces décès et traduire en justice les responsables présumés.

«  Il doit veiller à ce que tous les étudiants blessés lors de ces manifestations puissent recevoir tous les soins médicaux dont ils ont besoin. En outre, nous prions les recteurs de l’université d’entendre les préoccupations des étudiants et d’autoriser la tenue de futures manifestations, sans demander à la police d’intervenir pour régler les conflits sur le campus.  »

Complément d’information

Lundi 12 novembre, des étudiants de l’Université de Kinshasa ont organisé des manifestations pacifiques pour réclamer la fin de la grève de leurs professeurs, qui nuit à leur cursus.

L’intervention de la police a été demandée et des policiers ont tiré à balles réelles pour disperser les étudiants. Hyacinthe Kimbafu, étudiant en licence informatique, a été touché par une balle et a été conduit à l’hôpital universitaire. Il est mort de ses blessures le 15 novembre.

Apprenant la nouvelle, des centaines d’étudiants se sont rassemblés sur le campus pour protester contre la mort de Hyacinthe. La police a une nouvelle fois utilisé des balles réelles lors de son intervention, tuant Rodrigue Eliwo, étudiant de premier cycle en biologie, et blessant au moins sept autres personnes.

Les professeurs de l’Université de Kinshasa sont en grève depuis le 8 octobre pour réclamer de meilleurs salaires. Il s’agit de la seconde grève cette année. Les étudiants ont déclaré qu’ils poursuivraient le mouvement au cours du week-end s’ils n’étaient pas entendus.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.