UE, Repousser le versement des fonds risque d’aggraver les droits en Pologne et Hongrie

UE Pologne Hongrie

Le Conseil européen a décidé de poursuivre son projet en vue de veiller à ce que les pays bénéficiant de fonds du budget de l’Union européenne respectent les droits fondamentaux.

« Compte tenu de la gravité de la situation de l’état de droit en Hongrie et en Pologne, où les juges et les médias indépendants sont assiégés, il est tout à fait logique que le Conseil européen ait décidé de veiller, grâce à un “mécanisme de conditionnement”, à ce que les pays bénéficiant de fonds du budget de l’Union européenne respectent les droits fondamentaux, » a déclaré Eve Geddie, directrice du Bureau d’Amnesty International auprès des institutions européennes.

« Cependant, le report de la mise en œuvre de ce mécanisme de conditionnement est un revers qui permettra une poursuite de la répression des droits et libertés des populations polonaise et hongroise par leurs autorités respectives. Cela permettra des préjudices irréparables pour les droits humains en Pologne et en Hongrie, ainsi que pour l’état de droit dans toute l’Union européenne. »

« L’UE et ses États membres doivent continuer d’user de tous les instruments juridiques, financiers et politiques, notamment l’article 7 du Traité sur l’Union européenne, déjà à leur disposition pour protéger les droits humains et défendre l’état de droit. »

« Cependant, le report de la mise en œuvre de ce mécanisme de conditionnement est un revers qui permettra une poursuite de la répression des droits et libertés des populations polonaise et hongroise par leurs autorités respectives. Cela permettra des préjudices irréparables pour les droits humains en Pologne et en Hongrie, ainsi que pour l’état de droit dans toute l’Union européenne. »

Toutes les infos
Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit