Retour forcé pour des milliers de réfugiés en quête d’aide humanitaire

Alors que les autorités du Myanmar infligent des sanctions collectives à la minorité musulmane rohingya, des milliers de réfugiés parvenus à franchir la frontière bangladaise en quête d’aide humanitaire font l’objet d’un retour forcé, ce qui constitue une violation flagrante du droit international, a déclaré Amnesty International jeudi 24 novembre.

« Les Rohingyas sont pris en tenaille entre les agissements des autorités du Myanmar et du Bangladesh. Fuyant les sanctions collectives au Myanmar, ils sont renvoyés de force par les autorités bangladaises. Pris au piège entre deux sorts cruels, ils ne reçoivent pas l’eau, la nourriture et les soins médicaux dont ils ont désespérément besoin », a déclaré Champa Patel, directrice pour l’Asie du Sud à Amnesty International.

Les Rohingyas fuient une politique de sanctions collectives dans le nord de l’État d’Arakan (Myanmar), où les forces de sécurité mènent des attaques aveugles en représailles contre l’assaut lancé le 9 octobre contre trois poste-frontières, qui s’était soldé par la mort de neuf membres de la police des frontières.

Dans le cadre d’entretiens avec des membres de la communauté rohingya sur le terrain au Bangladesh et d’échanges avec des Rohingyas se trouvant toujours au Myanmar, Amnesty International a entendu que les forces de sécurité du Myanmar, menées par l’armée, ont ouvert le feu sur des villageois depuis des hélicoptères de combat, incendié des centaines de logement, effectué des arrestations arbitraires, et violé des femmes et des filles.

les forces de sécurité du Myanmar, menées par l’armée, ont ouvert le feu sur des villageois depuis des hélicoptères de combat

De l’autre côté de la Naf, fleuve séparant le Bangladesh et le Myanmar, des réfugiés et demandeurs d’asile rohingyas sont forcés à se cacher et souffrent de la grave pénurie de nourriture et de soins médicaux, comme l’a constaté Amnesty International dans la ville de Cox’s Bazar, au Bangladesh.

Retours forcés

Les autorités bangladaises sévissent contre le flux de réfugiés et de demandeurs d’asile en provenance du Myanmar. Au cours de la semaine écoulée, les garde-frontières bangladais ont arrêté et renvoyé de force des centaines de personnes.

Il s’agit pourtant d’une atteinte au principe de « non-refoulement », inscrit dans le droit international, qui interdit absolument le renvoi forcé d’une personne dans un pays ou une zone où elle court un risque réel d’être victime de graves violations de ses droits fondamentaux.

Les autorités bangladaises ont par ailleurs fermé leur frontière avec le Myanmar et l’ont renforcée en déployant des garde-frontières et des garde-côtes. Depuis 1992, le gouvernement bangladais refuse d’accorder le statut de réfugié aux Rohingyas.

le gouvernement bangladais refuse d’accorder le statut de réfugié aux Rohingyas

Le 22 novembre, Amnesty International a vu un groupe de Rohingyas traverser la frontière près de Whaikyang, un village situé au bord de la Naf, au Bangladesh. Ils paraissaient épuisés et émaciés, leur visage portant les signes d’un voyage éprouvant.

Ils ont déclaré à Amnesty International qu’ils étaient arrivés au Bangladesh la nuit précédente, attendant jusqu’au lever du soleil sur une île voisine pour échapper aux fonctionnaires bangladais.

Plusieurs milliers de réfugiés et demandeurs d’asile rohingyas seraient récemment passés au Bangladesh. Ils sont répartis entre villages, camps de réfugiés et bidonvilles, ce qui rend leur nombre réel impossible à déterminer. Au moins 2 000 personnes ont traversé la Naf depuis le 21 novembre, et d’autres devaient arriver dans les jours suivants.

Certaines ont dit à Amnesty International qu’elles avaient payé des passeurs pour les aider à traverser. D’autres ont admis avoir soudoyé des Bangladais, notamment des garde-frontières, afin qu’ils les aident à éviter d’être interceptées à la frontière.

« Le gouvernement bangladais ne doit pas ajouter aux souffrances des Rohingyas. Ceux-ci doivent être reconnus et protégés en tant que réfugiés fuyant des persécutions, et non pas être punis pour ce qu’ils sont », a déclaré Champa Patel.

Conditions inhumaines et dégradantes

La plupart des Rohingyas arrivés à atteindre le Bangladesh ont cherché refuge dans des camps improvisés à travers Cox’s Bazar, où de précédentes vagues de réfugiés et de demandeurs d’asile se sont installés.

La nourriture et l’eau y sont en faible quantité. Des travailleurs humanitaires de la zone ont déclaré à Amnesty International que même avant les arrivées les plus récentes, les résidents du camp souffraient déjà de malnutrition sévère.

Les dernières arrivées en date représentent un poids considérable pour les réfugiés et demandeurs d’asile rohingyas déjà installés au Bangladesh, qui ont ouvert les portes de leurs logements étriqués aux nouveaux.

Un homme vivant au camp de réfugiés improvisé de Kutupalong a déclaré à Amnesty International :

« Je suis le seul à gagner de l’argent dans la famille. Nous sommes sept, mais plusieurs parents sont arrivés la semaine dernière, alors maintenant 15 personnes vivent dans la même petite hutte. Nous n’avions rien à manger ce matin. Je n’ai que deux longyis [vêtement traditionnel] - j’en ai donné un à mon cousin, je porte les seuls habits que je possède. »

Une femme de 40 ans, qui a dit avoir fui au Bangladesh après que l’armée du Myanmar a tué son mari et un de ses fils, n’a pas été en mesure de trouver refuge au camp pour elle-même et ses deux jeunes enfants.

« Nous dormons dehors dans la boue », a-t-elle dit. « Mon fils de deux ans pleure tout le temps, il a très froid le matin. Malgré ça, comparé au Myanmar, le Bangladesh ressemble au paradis pour moi. »

comparé au Myanmar, le Bangladesh ressemble au paradis pour moi

Beaucoup des personnes qui arrivent sont en très mauvaise santé et ont besoin de soins médicaux. Des sources fiables ont confirmé à Amnesty International que plusieurs personnes ayant franchi la frontière présentaient des blessures par balles qui n’avaient pas été soignées. Les Rohingyas ont déclaré qu’ils n’avaient pas cherché à se faire soigner dans les quelques centres médicaux de la zone, de crainte d’être arrêtés et expulsés.

plusieurs personnes ayant franchi la frontière présentaient des blessures par balles qui n’avaient pas été soignées

Si de nombreux Bangladais ont accueilli les nouveaux arrivants et leur ont proposé de l’aide, les Rohingyas sont aussi la cible des voleurs locaux.

« Quand nous avons traversé la frontière, des gens du coin nous ont attaqués et dépouillés. Ils nous ont tout pris  », a déclaré une jeune fille de 16 ans, qui a payé des passeurs pour l’amener au Bangladesh le 21 novembre.

« Dépendre de la générosité de Bangladais vivant déjà dans la pauvreté et de réfugiés de longue date n’est pas une solution durable. Les milliers de personnes ayant passé la frontière ont désespérément besoin d’aide. Les autorités bangladaises doivent immédiatement permettre aux groupes humanitaires de se rendre librement auprès de ceux qui fuient les persécutions qui s’intensifient au Myanmar  », a déclaré Champa Patel.

Sanctions collectives dans l’État d’Arakan

Depuis l’attaque du 9 octobre contre des postes de la police des frontières, Amnesty International et d’autres organisations de défense des droits ont reçu des informations faisant état de très nombreuses violations des droits humains commises par l’armée du Myanmar dans le nord de l’État d’Arakan lors d’opérations de sécurité. Selon les estimations des Nations unies, 30 000 personnes ont dû quitter leur foyer.

« La réaction de l’armée aux attaques menées contre les forces de sécurité il y a six semaines est allée bien au-delà de ce qui était nécessaire et proportionné. Au lieu d’enquêter et d’arrêter des suspects spécifiques, l’armée a lancé des opérations s’apparentant à des sanctions collectives », a déclaré Champa Patel.

« En prenant pour cible des individus qui n’ont clairement pas participé à ces attaques, des familles et des villages entiers, ces opérations semblent viser les Rohingyas collectivement en raison de leur appartenance ethnique et de leur religion. »

Le gouvernement du Myanmar a nié toutes les allégations de violations des droits humains imputées à son armée, mais a dans le même temps bloqué l’acheminement de l’aide humanitaire dans la zone, et interdit aux journalistes indépendants et observateurs des droits humains de s’y rendre.

« Les affirmations du gouvernement du Myanmar manquent de crédibilité. S’il n’a rien à cacher, il doit laisser passer les observateurs indépendants, des droits humains notamment, les travailleurs humanitaires et les journalistes », a déclaré Champa Patel.

Des membres de la communauté rohingya, que ce soit au Bangladesh ou au Myanmar, ont décrit en détail les agissements de l’armée du Myanmar, en particulier les arrestations arbitraires, les homicides illégaux et les incendies de villages.

« Ces récits et d’autres informations faisant état de violations des droits humains doivent faire sans délai l’objet d’enquêtes efficaces, indépendantes et impartiales. La seule véritable solution, à court ou long terme, réside dans le respect des droits fondamentaux des Rohingyas au Myanmar. Les discriminations endémiques et généralisées qu’ils subissent de longue date doivent cesser. »

Témoignages

Un villageois rohingya au Myanmar a déclaré à Amnesty International que des membres des forces de sécurité se sont approchés de son village en tirant en l’air, suscitant la panique : « Puis ils ont tiré sur les personnes qui fuyaient. Ils ont encerclé le village et ont commencé à aller de maison en maison. Ils insultaient les gens. Ils menaçaient de violer les femmes, disant "Nous allons violer vos femmes kalar". » [1]

Une femme ayant parlé à Amnesty International depuis le Myanmar a expliqué que ses deux fils ont été soumis à une arrestation arbitraire par les forces de sécurité : « C’était tôt le matin, des soldats encerclaient notre maison tandis que plusieurs sont entrés et nous ont forcés à sortir, mes enfants et moi. Ils ont attaché mes deux fils. Ils leur ont lié les mains derrière le dos et les ont frappés sauvagement. Les soldats leur ont donné des coups de pied dans le torse. Je l’ai vu de mes propres yeux. Je pleurais très fort. Quand je me suis mise à pleurer, ils [les soldats] ont pointé une arme dans ma direction. Mes enfants les ont suppliés de ne pas les frapper. Les soldats les ont roués de coups pendant une trentaine de minutes avant de les emmener. »

Les soldats leur ont donné des coups de pied dans le torse

Elle ne les a pas revus, et reste sans nouvelle d’eux.

Un homme de 38 ans, qui a parlé à Amnesty International au Bangladesh après y être arrivé le 22 novembre, a déclaré : « Ma sœur et mon frère ont tous deux été kidnappés par l’armée. J’ai vu l’armée brûler notre village et des soldats violer des femmes et des filles. »

Une femme de 44 ans a déclaré avoir vu l’armée arrêter et menotter des jeunes gens dans son village, les abattre et les pousser dans des fosses communes. Elle a aussi déclaré que l’armée avait utilisé des lance-roquettes manuels, faisant écho aux témoignages de nombreuses autres personnes sur ce genre d’agissements et le recours à des armes de ce type.

Un autre homme, âgé de 58 ans, a déclaré à Amnesty International au Bangladesh qu’il avait fui le Myanmar après que des hélicoptères de combat ont ouvert le feu sur son village et d’autres villages des alentours : « Nous avons vu des hélicoptères faire feu sur le village. Nous avons couru dans la forêt pour rester en vie. »

Complément d’information : Les Rohingyas au Bangladesh

Des réfugiés et demandeurs d’asile rohingyas arrivent au Bangladesh depuis le Myanmar par vagues depuis au moins les années 70. Quelque 33 000 réfugiés rohingyas enregistrés vivent dans les camps de Kutupalong et Nayapara, à Cox’s Bazar.

Le gouvernement bangladais refuse depuis 1992 d’accorder le statut de réfugiés au Rohingyas arrivant du Myanmar. On estime que 300 000 à 500 000 Rohingyas sans papiers vivent au Bangladesh, répartis entre deux camps improvisés proches de Kutupalong et Leda, ainsi que dans des villes et villages du sud-est du pays.

Privés de protection juridique, les Rohingyas sans papiers risquent fortement d’être victimes d’exploitation et d’abus. Les opportunités d’emploi limitées signifient que beaucoup sont contraints à se livrer au trafic de stupéfiants ou à la traite d’être humains pour gagner de l’argent. Les femmes rohingyas sans papiers sont fréquemment victimes de viol et de violences sexuelles ; elles sont considérées comme des « cibles faciles » ne pouvant signaler ces crimes à la police de peur d’être elles-mêmes arrêtées.

Le gouvernement bangladais a récemment achevé un recensement des Rohingyas sans papiers mais n’en a pas encore rendu les résultats publics. Le gouvernement affirme que ce recensement permettra de donner à ces personnes un accès amélioré à certains services et un statut juridique de base.

Notes

[1« Kalar » ou « étranger » est un adjectif raciste utilisé contre la communauté rohingya.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse