Royaume-Uni/Irlande du Nord. Les agressions contre les Roms sont inacceptables et illégales

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’attaque dont viennent d’être victimes des Roms en Irlande du Nord est emblématique de l’accroissement des agressions contre ces personnes en Europe, a déclaré Amnesty International ce mercredi 17 juin. L’organisation demande aux autorités d’enquêter de toute urgence sur la série d’agressions racistes qui a contraint plus d’une centaine de Roms de Roumanie à fuir de chez eux à Belfast, et de protéger ces personnes contre toute nouvelle attaque.

« Les agressions racistes sont inacceptables et illégales, a déclaré Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International. Les Roms ont, comme les autres habitants de la ville, le droit de vivre à Belfast et d’y être traités avec respect et dignité. »

« En Roumanie, les Roms sont exposés à différentes formes de discrimination et d’atteintes à leurs droits fondamentaux de la part de l’État et d’individus isolés ou en groupes. »

Selon des informations parues dans la presse, les agressions contre les Roms originaires de Roumanie ont augmenté au cours des derniers mois : certains ont été agressés verbalement et physiquement, des briques ont été jetées sur leurs fenêtres. Le 15 juin, des jeunes scandant des slogans nazis ont agressé des personnes qui participaient à une marche contre le racisme organisée dans la ville. Le 16 juin dans la nuit, les Roms agressés ont cherché refuge dans une église dans le sud de Belfast avant d’être transférés temporairement par les autorités dans un centre de loisirs ailleurs dans la ville.

« Les autorités d’Irlande du Nord sont tenues de veiller à ce que la population rom de Belfast bénéficie d’une protection telle qu’elle puisse continuer à vivre dans cette ville en toute sécurité », a déclaré Nicola Duckworth.

Amnesty International se félicite du soutien que des associations locales ont immédiatement apporté aux familles roms et note que la Police d’Irlande du Nord (PSNI) a aidé les services sociaux et des associations à reloger temporairement les Roumains.

Amnesty International appelle la police à veiller à ce qu’une enquête exhaustive et impartiale sur les agressions perpétrées contre des Roms et leurs biens soit menée sans tarder par une instance indépendante. Les personnes agressées devraient pouvoir obtenir justice auprès des tribunaux et bénéficier de réparations.

La minorité rom est victime de discriminations massives partout en Europe. Se voyant dénier les droits au logement, à l’emploi, à la santé et à l’éducation qui sont les leurs, les Roms sont en outre souvent victimes d’expulsions forcées, d’agressions racistes et de violences policières. Amnesty International a réagi à des agressions similaires contre la population rom dans d’autres pays d’Europe tels que la Hongrie, l’Italie, la République tchèque, la Roumanie, la Serbie et la Slovaquie.

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse