Communiqué de presse

Russie. Des centaines de manifestants ont été arrêtés de manière arbitraire en marge du procès de l’affaire Bolotnaïa

L’arrestation et la détention manifestement arbitraires de 234 manifestants pacifiques devant un tribunal de Moscou lundi 24 février attestent de ce que la violation de la liberté d’expression et de réunion en Russie ne montre aucun signe d’essoufflement, a déclaré Amnesty International.

Ces nouvelles interpellations ont eu lieu alors que huit manifestants ont été condamnés à l’issue d’un procès marquant dans l’affaire de la manifestation de la place Bolotnaïa. Elles font suite à la détention arbitraire de près de 200 manifestants et journalistes rassemblés autour du tribunal vendredi 21 févier, jour où les accusés de l’affaire Bolotnaïa ont été déclarés coupables. Pendant ce temps, à Sotchi, deux militants étaient arrêtés une nouvelle fois dimanche 23 février et risquent 15 jours de détention administrative.

« Un jour seulement après que la Russie occupait la scène internationale avec la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Sotchi, les autorités russes ont dévoilé la réalité de la vie quotidienne dans le pays. Ceux qui osent exprimer des opinions dissidentes courent de gros risques », a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Parmi les personnes arrêtées devant le tribunal de Moscou, certaines ont depuis été libérées, mais la plupart encourent des amendes administratives pouvant aller jusqu’à 30 000 roubles (environ 600 euros) pour participation à un « rassemblement non autorisé ».

Vladimir Akimenkov, ex-accusé dans l’affaire Bolotnaïa et ancien prisonnier d’opinion, a été arrêté vendredi 21 et lundi 24 février. Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, anciennes prisonnières d’opinion incarcérées en raison de leurs actions pacifiques menées dans le cadre du collectif punk Pussy Riot, ont également été arrêtées devant le tribunal, soi-disant pour avoir traversé en dehors des passages piétons.

Les arrestations à Sotchi

Les deux militants arrêtés à Sotchi le 23 février, Olga Noskovets et David Khakim, doivent comparaître en justice le 24 février. En violation du droit russe, le tribunal a tenté de les juger à huis clos ; la défense étant intervenue, il a finalement autorisé des audiences publiques.

Olga Noskovets n’a reçu aucune nourriture depuis qu’elle a été arrêtée il y a plus de 24 heures. S’ils sont déclarés coupables et emprisonnés, Amnesty International considérera ces deux militants comme des prisonniers d’opinion et demandera leur libération immédiate et inconditionnelle.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.