Russie, Emir-Ousseïn Koukou condamné à une lourde peine

Les autorités russes ont fait preuve d’une remarquable cruauté en condamnant le défenseur des droits humains criméen Emir-Ousseïn Koukou et ses cinq coaccusés à de lourdes peines d’emprisonnement sur la base de fausses accusations et à l’issue d’un long procès inique, a déclaré Amnesty International, réagissant à la décision rendue le 12 novembre par le Tribunal militaire de district du Sud.

« Cette décision met un point final à ce qui ne peut être appelé autrement qu’un simulacre de procès. Depuis leur arrestation il y a cinq ans, Emir-Ousseïn Koukou et ses cinq coaccusés ont été victimes de toute une série de graves injustices. Ils ont été expédiés en Russie depuis la Crimée où ils vivent, accusés d’infractions « terroristes » et jugés par un tribunal militaire, a souligné Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie centrale à Amnesty International.

«  Emir-Ousseïn Koukou se trouve derrière les barreaux uniquement parce qu’il a élevé la voix pour défendre les droits de la communauté tatare de Crimée. Il est désolant de constater qu’il a été victime de la répression exercée de façon flagrante par la puissance occupante. Les autorités russes doivent immédiatement annuler ces déclarations de culpabilité injustes, et relâcher Emir-Ousseïn Koukou et les cinq autres hommes condamnés aujourd’hui.  »

Complément d’information

Le 12 novembre, le tribunal militaire de district du Sud a déclaré Emir-Ousseïn Koukou et ses cinq coaccusés, Mouslim Aliïev, Vadim Sirouk, Enver Bekirov, Refat Alimov et Arsen Djepparov, coupables d’avoir « organisé les activités d’une organisation terroriste » et de « tentative de prise du pouvoir par la force » (2e partie de l’article 205.5, article 30 et article 278 du Code pénal russe). Mouslim Aliïev a été condamné à une peine maximale de 19 ans dans une colonie pénitentiaire, Enver Bekirov à 18 ans, Vadim Sirouk et Emir-Ousseïn Koukou à 12 ans chacun, Refat Alimov à huit ans et Arsen Djepparov à sept ans.

Emir-Ousseïn Koukou est un défenseur des droits humains et un membre important de la communauté des Tatars de Crimée, en Crimée. À la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, il a rejoint le Groupe de contact de Crimée pour les droits humains, dénonçant preuve à l’appui les pressions et les menaces exercées contre les membres de cette communauté. En février 2016, il a été arrêté et accusé de faire partie du groupe Hizb ut-Tahrir, un mouvement islamiste considéré comme « terroriste » et à ce titre interdit en Russie, mais pas en Ukraine.

Toutes les infos
Toutes les actions

Violences faites aux femmes : la Belgique doit respecter ses obligations

En Belgique, les femmes subissent encore de nombreuses violences. Signez pour demander au gouvernement belge et aux entités fédérées à assurer un profond changement de pratiques.