Communiqué de presse

Russie. Les autorités de Moscou refusent d’autoriser un événement organisé par Amnesty International

Le refus des autorités russes d’autoriser un petit événement organisé par Amnesty International pour attirer l’attention sur le bilan désastreux de la Russie en matière de droits humains avant les Jeux de Sotchi montre à quel point la liberté d’expression n’est pas respectée en Russie à l’heure actuelle.

Le 7 octobre, date à laquelle la flamme des Jeux olympiques arrive à Moscou, Amnesty International lance une campagne mondiale pour mettre en évidence les problèmes de liberté d’expression qui règnent en ce moment en Russie et qui sont en contradiction totale avec l’esprit des Jeux olympiques.

Un petit rassemblement tournant d’une quinzaine de personnes devait avoir lieu sur la place Pouchkine à Moscou en solidarité avec d’autres événements d’Amnesty International et, comme le requiert la loi russe, le projet avait été soumis au préalable aux autorités. L’organisation de défense des droits humains avait également proposé trois autres lieux où pouvait se tenir l’événement.

Dans leur réponse, les autorités moscovites écrivent que la place Pouchkine n’est « pas adaptée à la tenue d’un événement public » parce qu’il « serait impossible ... de mettre en place les conditions de sécurité » nécessaires. Elles n’indiquent pas pourquoi la sécurité de 15 personnes ne pourrait pas être assurée. Elles ne prennent pas en compte non plus dans leur réponse les trois autres lieux proposés pour le rassemblement tournant d’Amnesty International.

Les autorités russes ont suggéré que l’événement ait lieu dans un parc éloigné et paisible du quartier de Khamovniki.

« Pourquoi les autorités n’ont-elles pas pris en compte les autres lieux que nous avions proposés ?, a déclaré John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale de l’organisation. La réponse se trouve sans doute dans l’objectif de cet événement qui était d’attirer l’attention sur l’intolérance des autorités face à toute dissidence. »

« Il est vrai que les autorités de Moscou ont respecté la loi mais le fait qu’elles aient suggéré d’organiser cet événement dans un des parcs les moins fréquentés de Moscou en dit long sur l’état de la liberté d’expression et de réunion en Russie aujourd’hui. »

« Nous sommes déçus par la réponse des autorités et nous n’acceptons pas les raisons données pour ce refus. Nos militants ont l’intention de faire appel de cette décision.  »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.