Russie. Meurtre d’un avocat spécialisé dans la défense des droits humains

FLASH

Amnesty International condamne fermement le meurtre de Stanislav Markelov, avocat et défenseur des droits humains. Cet homme a été abattu en plein centre de Moscou ce lundi 19 janvier alors qu’il s’apprêtait à faire de nouveau appel de la libération anticipée d’un ancien colonel russe condamné pour le meurtre d’une jeune Tchétchène. Une journaliste travaillant pour le journal Novaïa Gazeta a été blessée au cours de cette attaque.

« Stanislav Markelov est une victime de plus ; il a très probablement été tué en raison de son travail professionnel et courageux de défense des droits humains », a déclaré Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Amnesty International exprime sa compassion envers les proches de Stanislav Markelov et exhorte les autorités russes à mener dans les meilleurs délais une enquête approfondie et objective sur ce meurtre.

Entre autres affaires très médiatisées sur lesquelles il travaillait, Stanislav Markelov était l’avocat de la famille de Kheda Koungaïeva, une jeune Tchétchène enlevée, violée et étranglée en mars 2000. Le colonel Iouri Boudanov a été condamné pour ce meurtre. Il a bénéficié d’une libération anticipée le 15 janvier 2009, malgré un recours formé par Stanislav Markelov. Au cours de la semaine précédant son meurtre, Stanislav Markelov avait reçu de nombreuses menaces de mort liées à son travail en faveur de la famille de Kheda Koungaïeva.

« Le meurtre de Stanislav Markelov est un crime abject, a déclaré Nicola Duckworth. Les autorités russes doivent prendre des mesures radicales afin de montrer que de tels actes ne seront pas tolérés. Il est absolument inacceptable de réduire au silence les personnes qui défendent les droits humains et œuvrent afin de faire respecter l’état de droit. »

Complément d’information

Amnesty International avait collaboré avec Stanislav Markelov sur plusieurs cas de défense de victimes d’atteintes aux droits humains. En 2004, l’organisation avait fait campagne en sa faveur après qu’il eut été attaqué, roué de coups, et qu’il se fut fait voler des documents relatifs à ses activités d’avocat de la famille de Zelimkhan Mourdalov, jeune Tchétchène victime de torture et d’une disparition forcée aux mains de Sergueï Lapine, un représentant des forces de l’ordre russes. Stanislav Markelov travaillait également en faveur d’antifascistes qui étaient devenus la cible de crimes haineux.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées