Russie, Nouveau recul de la liberté de la presse après les perquisitions d’un magazine étudiant

Russie liberté d'expression

Une vague de descentes et de perquisitions a eu lieu dans les bureaux du magazine étudiant russe DOXA et les appartements de ses employés.

« Aujourd’hui, les autorités ont porté un nouveau coup bas renforçant leur emprise sur les médias perçus comme étant déloyaux envers le Kremlin. Alors qu’elles étouffaient déjà progressivement ces médias avec des sanctions économiques ou en imposant une autocensure à leurs propriétaires, elles ont maintenant lancé une attaque ouverte contre les journalistes et d’autres professionnels des médias. Réduire au silence les personnes assez courageuses pour s’exprimer, y compris les étudiant·e·s, anéantit l’avenir de la liberté de la presse en Russie », a déclaré Natalia Zviaguina, directrice du bureau d’Amnesty International à Moscou.

« Il y a quelques jours, la police a fait irruption dans l’appartement de Roman Anine, l’un des principaux journalistes d’investigation du pays, et l’a interrogé pendant la nuit. Maintenant, des policiers ont enfoncé la porte des appartements de journalistes d’un magazine étudiant et les autorités les poursuivent en justice. Les attaques visées contre les journalistes de DOXA et Roman Anine sont clairement motivées par des considérations politiques et sont un sombre rappel de la plus vaste répression de la liberté d’expression en Russie.

« Aujourd’hui, les autorités ont porté un nouveau coup bas renforçant leur emprise sur les médias perçus comme étant déloyaux envers le Kremlin »

« Les intentions des autorités russes sont claires. Les enquêtes sur la corruption ne seront pas tolérées, la mobilisation des jeunes pour participer activement et pacifiquement à la société entraînera des poursuites, et les journalistes et les organes médiatiques qui reçoivent des financements étrangers seront ostracisés et qualifiés “d’agents de l’étranger”. »

Complément d’information

Le 14 avril au matin, des agents des forces de sécurité ont mené des perquisitions au bureau du magazine étudiant DOXA, dans les appartements de quatre membres du personnel du magazine et chez les parents de deux de ses journalistes. D’après leurs avocats, ces perquisitions étaient liées à un message vidéo de membres du personnel de DOXA publié le 23 janvier, à l’approche de manifestations contre l’emprisonnement d’Alexeï Navalny. Dans la vidéo, les journalistes appelaient les autorités à cesser d’intimider les étudiant·e·s prenant part aux manifestations. Ils encourageaient également les jeunes à défendre leur droit à la liberté de réunion pacifique, à rejoindre des groupes de défense des droits humains et à s’organiser avec d’autres étudiant·e·s.

Le rédacteur en chef de DOXA, Armen Aramian, et trois journalistes du magazine, Alla Goutnikova, Vladimir Metelkine et Natalia Tychkevitch, ont ensuite été inculpés d’« implication de mineurs dans des actes mettant en danger leur vie » (article 151.2 du Code pénal). Cette infraction est passible d’une peine maximale de trois ans d’emprisonnement. Le tribunal a requis leur assignation à résidence et leur a interdit d’utiliser Internet et de communiquer avec quiconque en dehors des membres de leur famille et leurs avocats.

Le 9 avril, l’appartement de Roman Anine, rédacteur en chef de Vajne Istorii, un site d’investigation, a été perquisitionné et il a été interrogé durant sept heures pendant la nuit dans le cadre d’une affaire au titre de l’article 137(2) du Code pénal (« violation de la vie privée »). Roman Anine a ensuite été convoqué pour un autre interrogatoire le 13 avril. L’affaire a été ouverte à la demande de l’ex-épouse d’Igor Setchine, directeur de l’entreprise de pétrole gérée par l’État Rosneft, qui, d’après un article que Roman Anine a écrit, aurait des liens avec un yacht dont la valeur est estimée à 100 millions de dollars des États-Unis.

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit