Soudan. Exécution de six hommes qui pourraient avoir été condamnés lors de procès inéquitables

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

14 janvier 2010

Amnesty International a condamné ce jeudi 14 janvier l’exécution de six hommes accusés d’avoir tué 13 policiers en 2005, lors de heurts intervenus au cours d’une expulsion forcée à Khartoum (Soudan).

L’organisation craint sérieusement que ces hommes n’aient été contraints de passer des « aveux » sous la torture. La Cour suprême, qui a confirmé par deux fois les peines capitales prononcées, n’a fait aucun cas des allégations formulées à plusieurs reprises par les avocats de la défense, selon lesquels leurs clients avaient été soumis à la torture.

« Six hommes ont perdu la vie en raison de la défaillance flagrante des tribunaux, qui n’ont pas respecté leur droit à bénéficier d’un procès équitable, a déclaré Tawanda Hondora, directeur adjoint du programme Afrique d’Amnesty International. Ces morts tragiques mettent en évidence le nombre croissant d’exécutions au Soudan, dont beaucoup interviennent à l’issue de procès inéquitables. Il reste beaucoup à faire pour protéger les personnes traduites en justice contre la torture et les procès inéquitables. »

Sept hommes avaient été condamnés à la peine capitale le 23 novembre 2006 après avoir été déclarés coupables de l’homicide de 13 policiers, morts lors des violences qui avaient éclaté durant une opération d’expulsion du camp illégal de Soba Aradi (Khartoum), en mai 2005.

Six d’entre eux, Paul John Kaw, Abdelrahim Ali Al Rahama Mohamed, Idris Adam Elias, Naser El Din Mohamed Ali Kadaka, Suleiman Jumaa Awad Kambal et Badawi Hassan Ibrahim, avaient bénéficié d’un sursis au début du mois de décembre. Celui-ci a expiré le 6 janvier.

Le septième condamné, Fathi Adam Mohamed Ahmed Dahab, a vu sa peine ramenée à cinq années d’emprisonnement.

Entre cinq et 30 habitants de Soba Aradi seraient morts lors des violences. Jusqu’à présent, aucune enquête indépendante n’a été ordonnée afin d’établir si les forces de sécurité ont fait usage d’une force excessive lors de l’opération d’expulsion.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.