Sri Lanka. Amnesty International condamne les homicides perpétrés contre des civils

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASA 37/020/2007 (Public)

Amnesty International a condamné ce mercredi 28 novembre les homicides aveugles dont ont été victimes au moins 17 civils lors d’un attentat-suicide perpétré par deux membres présumés des Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul (LTTE) et au cours duquel plus de 30 civils ont également été blessés.

« Les LTTE doivent cesser les attaques directes ou aveugles contre les civils ; elles sont interdites par le droit international humanitaire et ne sont jamais acceptables », a déclaré la secrétaire générale de l’organisation, Irene Khan, au moment où Amnesty International exprimait sa préoccupation face au nombre croissant de civils tués ou blessés lors des attaques délibérées perpétrées dans le climat de violence croissante que connaît le Sri Lanka.

Amnesty International exhorte toutes les parties au conflit à respecter l’obligation qu’elles ont aux termes du droit international de protéger les civils et d’autoriser les organisations humanitaires à venir en aide aux populations qui en ont besoin. Les forces de sécurité et les Tigres tamouls doivent mettre fin immédiatement à toute violation du droit international humanitaire et prendre les mesures qui s’imposent pour qu’elles ne se reproduisent pas.

L’attaque intervient alors que le conflit s’envenime dans le nord du pays, et elle fait suite à l’homicide dont viennent d’être victimes 11 écolières dans la région de Vanni, sous contrôle des Tigres tamouls. Les deux principales parties au conflit se sont imputées réciproquement la responsabilité de la mort de ces enfants.

Par ailleurs, lundi deux enseignants et trois élèves ont été grièvement blessés lors de tirs d’artillerie contre une école à Maluvarayankattaiadampan.

Amnesty International condamne également l’homicide de civils provoqué par l’attaque aérienne de l’armée sri-lankaise contre Voice of Tigers, la station de radio des Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul. Trois membres du personnel de la radio et six autres civils ont alors été tués.

« Amnesty International demande à toutes les parties au conflit de mettre immédiatement fin à l’escalade de la violence pour protéger la vie des civils innocents et des enfants », a conclu Irene Khan.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.