Sri Lanka. Les personnes déplacées prises au piège entre l’armée et la mousson qui approche

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

ÉFAI - 8 octobre 2009

Deux cent cinquante mille Sri Lankais actuellement prisonniers de fait dans des camps de détention se retrouvent face à un désastre humanitaire potentiel à l’heure où les pluies de la mousson menacent d’inonder les camps, a déclaré Amnesty International ce jeudi 8 octobre. Plusieurs mois après l’ouverture de camps dans le district de Vavuniya, dans le nord-est du pays par le gouvernement, après la fin du conflit dans cette région, les autorités sont toujours dans l’incapacité de fournir à la population de ces camps des services de base.

Les camps restent surpeuplés et dépourvus d’installations sanitaires de base ; lors des fortes pluies de septembre, des rivières d’eau ont déferlé entre les tentes et les habitants des camps se déplaçaient au milieu des immondices rejetés par les égouts qui débordaient.

« Les personnes qui vivent dans ces camps cherchent désespérément à en partir. Le gouvernement doit veiller à ce que les personnes déplacées soient traitées avec dignité. Elles ont droit à une protection et doivent être consultées pour dire si elles souhaitent rentrer chez elles ou être réinstallées ailleurs, a déclaré Yolanda Foster, experte pour le Sri Lanka auprès d’Amnesty International, en contact avec les proches de personnes se trouvant dans le camp.

« Assurer la protection, l’assistance et le retour des personnes n’est pas faire acte de charité, c’est faire respecter un droit fondamental », a déclaré Yolanda Foster.

Une femme qui s’est récemment enfuie du camp de Chettikulam a raconté à Amnesty International comment des femmes avaient dû mettre leurs enfants au monde devant des personnes étrangères, sans aucune intimité.

« Le personnel médical n’est présent dans les camps qu’entre 9 heures et 17 heures, a déclaré la fugitive. Les gens commencent à faire la queue pour obtenir une aide médicale dès les premières heures du jour... comment voulez-vous qu’une femme enceinte fasse la queue debout pendant des heures. Si la guerre est finie, pourquoi le gouvernement ne laisse-t-il pas ces gens sortir ? »

Selon des informations parvenues à Amnesty International, l’armée bloquerait toute tentative d’ouverture des camps par l’administration civile.

Depuis la fin de la guerre en mai 2009, des milliers de personnes détenues dans des camps ont été soumises à une procédure de « filtrage » mise en place par l’armée.

Si cette procédure de filtrage est nécessaire pour s’assurer que des membres des LTTE (Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul) ne figurent pas parmi les déplacés, elle doit suivre certaines règles et ne pas être utilisée comme prétexte à un châtiment collectif.

Il existe des centres de détention séparés pour environ dix mille ex-combattants des LTTE.

Le gouvernement a fait un large écho aux libérations qui ont eu lieu récemment, mais selon des informations reçues par Amnesty International, beaucoup de ces libérations ne seraient en fait que des transferts vers d’autres camps où les personnes déplacées pourraient être soumises à une nouvelle procédure de filtrage par les autorités locales.

Amnesty International s’est inquiétée à plusieurs reprises du manque de contrôle indépendant et du manque de clarté concernant les responsabilités de la procédure de filtrage.

Le gouvernement sri-lankais doit impliquer les personnes déplacées elles-mêmes dans les projets de retour ou de réinstallation et faciliter l’aide d’organisations humanitaires indépendantes dans cette perspective.

« La liberté de mouvement est aujourd’hui critique. La communauté internationale et le gouvernement sri-lankais ne peuvent ignorer plus longtemps les voix des prisonniers de ces camps qui demandent l’autorisation d’en partir », a déclaré Yolanda Foster.

Complément d’information

Selon les chiffres fournis par le gouvernement, plus de 409 000 personnes ont été déplacées par les affrontements entre l’armée sri-lankaise et les Tigres libérateurs de l’Eelam tamoul (LTTE). Au moins 280 000 d’entre elles ont dû quitter des zones auparavant contrôlées par les LTTE. Un afflux considérable de population fuyant les combats pour se réfugier dans les zones contrôlées par les autorités a eu lieu à partir de mars 2009.

Les personnes déplacées, parmi lesquelles se trouvent au moins 50 000 enfants, sont logées dans 41 camps répartis sur quatre districts. La majorité sont dans le district de Vavuniya, où le plus grand camp est celui de Manik Farm.

Lorsque le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est rendu dans quelques-uns de ces camps en mai, il a déclaré : « J’ai voyagé dans le monde entier et visité des endroits similaires, mais je n’ai jamais vu de scènes aussi effroyables. »

Bien que certains progrès aient été réalisés dans la satisfaction des besoins essentiels, il reste encore beaucoup à faire en matière de droit à la santé, à la nourriture et à l’eau, ainsi que pour réunir les familles et permettre aux personnes d’entrer en contact avec leurs proches.

Amnesty International a également demandé au gouvernement du Sri Lanka de mettre fin aux restrictions touchant à la liberté et la liberté de mouvement, de veiller à ce que les camps soient réellement de nature civile et dirigés par des autorités civiles plutôt que sous la surveillance de l’armée, et de permettre sans délai ni restriction aux organisations et observateurs nationaux et internationaux, y compris aux organismes d’aide humanitaire, d’y accéder afin de suivre la situation et empêcher de ce fait que de nouvelles violations des droits humains ne soient commises.

Passez à l’action :
Campagne Ouvrez les camps au Sri Lanka

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.