Syrie. Amnesty International demande la libération d’un militant politique

Déclaration publique

MDE 24/001/2008

Amnesty International demande la libération de Faeq Ali Asad Marouf, détracteur de longue date des autorités syriennes condamné à une peine de trois ans d’emprisonnement le 31 décembre 2007. Sa condamnation a immédiatement été commuée en une peine de dix-huit mois d’incarcération.

Faeq Ali Asad Marouf (plus connu sous le nom de Faeq al Mir), âgé de soixante-trois ans, est membre du Comité central du Parti démocratique du peuple, parti politique interdit qui critique les autorités syriennes. Arrêté le 13 décembre 2006 par les forces de sécurité dans la ville de Tartous, il est maintenu en détention depuis lors. Son procès s’est ouvert le 29 août 2006 devant le premier tribunal pénal de Damas, qui l’a déclaré, le 31 décembre 2007, coupable de « diffusion de nouvelles controuvées ou déformées susceptibles d’affaiblir le moral de la nation », au titre de l’article 286-1 du Code pénal syrien.

Cette condamnation serait liée à un appel téléphonique que Faeq al Mir a passé à Elias Atallah, secrétaire général du Mouvement démocratique de gauche au Liban et membre de la Coalition du 14 mars, connu pour ses critiques de la politique menée par les autorités syriennes au Liban. Faeq al Mir aurait également été accusé de s’être rendu au Liban en 2006 pour présenter ses condoléances à la famille de George Hawi, ancien secrétaire général du Parti communiste libanais assassiné. Faeq al Mir aurait contesté les charges retenues contre lui et déclaré qu’il avait téléphoné à Elias Atallah uniquement parce que celui-ci dirigeait le Mouvement démocratique de gauche au Liban.

Il était également accusé au titre de l’article 287 du Code pénal d’avoir « diffusé à l’étranger des informations fausses ou exagérées susceptibles de porter atteinte à la réputation ou à la situation financière de l’État ». Ce chef d’inculpation a été abandonné, à la faveur de la grâce n° 58 en 2006.

En outre, le tribunal ayant décidé d’inclure la période de détention de Faeq al Mir dans sa condamnation, il devrait être libéré au cours du mois prochain.

Faeq al Mir avait déjà passé dix années derrière les barreaux, de 1989 à 1999, en raison de ses activités politiques.

Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion et demande qu’il soit libéré immédiatement et sans condition.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.