Turquie. Amnesty International déplore les attaques contre les civils


Déclaration publique

EUR 44/015/2006

Amnesty International trouve extrêmement regrettable l’attentat à l’explosif qui a eu lieu mardi 12 septembre dans la soirée dans le quartier de Baglar à Diyarbakir, tuant 10 civils et en blessant 15 autres. Selon certaines informations, sept des personnes tuées dans l’un des quartiers les plus animés de la ville étaient des enfants.

Amnesty International exprime toute sa compassion aux familles des victimes de l’attentat et lance un appel pour qu’il soit immédiatement mis fin aux attaques contre des civils, pour qu’une enquête soit menée sur cet attentat, et pour que tout soit fait pour que les personnes soupçonnées d’en être responsables soient déférées à la justice.

Les attaques gratuites contre les civils ont augmenté en 2006 en Turquie. Une série d’explosions de bombes visant des civils dans les stations touristiques de Marmaris le 27 août et d’Antalya le 28 août a provoqué la mort de trois personnes à Antalya et en a blessé une cinquantaine d’autres dans les deux villes. Le 25 juin, quatre personnes avaient été tuées par l’explosion d’une bombe à Antalya. De nombreuses explosions de bombes blessant des civils ont également eu lieu à Istanbul. Certains de ces attentats, y compris ceux du mois d’août, ont été revendiqués par un groupe appelé les Faucons de la liberté du Pakistan (TAK).

Aucun groupe n’a encore revendiqué l’attentat à l’explosif de Diyarbakir.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse