Ukraine : Les attaques visant la Conférence européenne lesbienne doivent être condamnées

L’attaque commise contre la deuxième Conférence européenne lesbienne, qui se déroule actuellement à Kiev, est le dernier épisode en date des violences motivées par la haine qui se multiplient en Ukraine et nécessite une réponse immédiate et efficace des autorités, a déclaré Amnesty International en réaction à l’irruption d’un groupe violent qui a tenté d’entrer de force sur le site de l’événement le 11 avril.

« Ces faits doivent donner lieu à une enquête efficace, mais cela ne suffit pas. Tant que les hauts responsables politiques et les autorités d’Ukraine n’auront pas condamné publiquement et ne se seront pas engagés à lutter contre ces groupes qui commettent des violences motivées par la haine, celles-ci feront de nouvelles victimes et nuiront au respect des droits humains de manière générale en Ukraine.

« Jeudi 11 avril et à plusieurs reprises précédemment, la police a dû affronter des casseurs violents et protéger les personnes participant à des événements. Cependant, le fond du problème est l’apparente tolérance affichée au plus haut niveau politique envers les groupes qui prônent la violence et la discrimination, ainsi que l’impunité quasi totale dont ils bénéficient en conséquence, a déclaré Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie centrale à Amnesty International.

Complément d’information

La deuxième Conférence européenne lesbienne, à laquelle participent plus de 300 personnes venues de divers pays, se déroule à Kiev (Ukraine) du 11 au 14 avril 2019. La veille de son ouverture, le 10 avril, des intrus ont cassé des vitres du lieu de l’événement et laissé des graffitis homophobes à l’intérieur. Le lendemain, une quinzaine de membres d’un groupe connu pour commettre des attaques motivées par la haine ont tenté de s’introduire de force dans la conférence. Tout en scandant des slogans homophobes et en proférant des menaces, ils ont aspergé de gaz lacrymogène les policiers qui les ont interceptés à l’entrée.

Régulièrement, des groupes violents agressent des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI), des personnes militant pour les droits des femmes, d’autres défenseurs des droits humains et des membres de minorités ethniques. Amnesty International a relevé plusieurs dizaines d’attaques de ce type au cours des deux dernières années. Dans presque tous les cas, elles ne donnent pas lieu à des enquêtes efficaces et leurs auteurs jouissent d’une impunité quasi totale. Il est rare que des poursuites soient engagées contre des personnes pour ces attaques et le mobile haineux de ces actes n’est généralement pas pris en considération lors des enquêtes et des procès.

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.