communiqué de presse

Ukraine. Une enquête impartiale doit être menée sur les événements tragiques du jeudi 17 juillet

La mort de près de 300 passagers et membres d’équipage d’un avion civil de la compagnie Malaysian Airlines, qui s’est écrasé jeudi 17 juillet dans une zone de conflit intense dans l’est de l’Ukraine, doit faire l’objet immédiatement d’une enquête impartiale, a déclaré Amnesty International.

Toutes les parties au conflit doivent coopérer pour déterminer les causes de ce crash.

« Des investigations doivent être menées sur place de toute urgence par des experts internationaux indépendants, avec l’entière collaboration de toutes les parties au conflit : les autorités de l’Ukraine d’une part et les groupes séparatistes armés d’autre part », a déclaré Denis Krivosheev, directeur adjoint du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

Cet appel d’Amnesty International intervient une semaine après la publication par l’organisation d’un rapport sur des cas d’enlèvement et de torture, ou d’autres formes de mauvais traitements, à l’encontre d’observateurs étrangers, de journalistes et de civils dans la région de l’est de l’Ukraine où l’avion s’est écrasé. Le lieu du crash aérien est sous le contrôle de groupes armés séparatistes pro-russes.

«  La situation qui règne dans cette partie de l’Ukraine va rendre l’enquête difficile, a déclaré Denis Krivosheev. Pour que ces investigations aient un sens, les parties au conflit doivent permettre aux enquêteurs de se rendre librement et sans entraves sur les lieux du crash, tout en garantissant leur sécurité. »

« Toutes les allégations crédibles devront être faire l’objet d’investigations, qu’elles concernent les autorités ukrainiennes ou les groupes séparatistes armés. L’enquête devra permettre de répondre à toutes les questions qui se posent et les résultats devront en être publiés en toute transparence. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse