Union africaine. Le conflit au Soudan du Sud est révélateur des défaillances régionales

Alors que la reprise des violences au Soudan du Sud menace de plonger à nouveau le pays dans la guerre civile, Amnesty International a rendu publique une liste de sept recommandations adressées à l’Union africaine (UA), en amont du 27e Sommet de l’AU organisé à Kigali, au Rwanda.

Le rapport intitulé Des discours à l’action présente les mesures concrètes que les dirigeants devraient mettre en œuvre pour orienter le continent vers une culture de respect des droits humains, y compris dans les pays de la région qui continuent d’être déchirés par un conflit armé.

« Les dernières graves violences au Soudan du Sud montrent que les dirigeants africains réunis à Kigali doivent de toute urgence prendre des mesures non seulement pour mettre un terme à de tels conflits mais aussi pour remédier à leurs causes profondes, a déclaré Netsanet Belay, directeur de la recherche et du plaidoyer pour l’Afrique à Amnesty International.

« La plupart, si ce n’est la totalité, des conflits et des situations d’instabilité en Afrique sont liés au fait que les mesures nécessaires n’ont pas été prises pour régler le problème des violations flagrantes des droits humains, ce qui a permis d’entretenir le cycle de l’impunité. L’Union africaine doit montrer cette semaine qu’elle est déterminée à faire face sans détour à tous ces problèmes qui réclament d’urgence son attention. »

Amnesty International demande également à l’UA, dans ses recommandations, de remédier à la répression croissante exercée contre les contestataires et aux restrictions et aux attaques que subissent la société civile, les défenseurs des droits humains et les opposants politiques.

« Dans de nombreux pays, y compris au Burundi, en Égypte, en Éthiopie, en Gambie, au Kenya, en RDC et au Zimbabwe, des manifestations pacifiques ont été violemment réprimées. Les opposants politiques, les journalistes et les défenseurs des droits humains se heurtent à une répression croissante à l’approche des élections en Gambie et en RDC. Les militants continuent de faire indument l’objet de poursuites pénales et d’être arrêtés de façon arbitraire en Angola et en Égypte, a déclaré Netsanet Belay.

« Ce sommet offre à l’UA l’occasion de demander à ces États de s’engager à créer un environnement permettant à la société civile et aux défenseurs des droits humains de faire leur travail sans avoir à se heurter à des restrictions injustifiées et au harcèlement. »

Les sept recommandations formulées par Amnesty International pour le 27e Sommet de l’UA organisé à Kigali sont les suivantes :

• Prendre des mesures urgentes pour mettre les droits humains au centre de la prévention des conflits et de la réponse qui y est apportée

• Combattre l’impunité en prenant des mesures pour que les responsables présumés de crimes de droit international soient tenus de rendre des comptes

• Les États membres doivent honorer de toute urgence leurs obligations aux termes des traités régionaux en matière de droits humains, notamment concernant la présentation de rapports

• Renforcer et garantir l’indépendance des institutions régionales de défense des droits humains

• Garantir la ratification universelle du Protocole de Maputo et prendre des mesures en vue de dépénaliser l’avortement

• Les États membres doivent s’engager à créer un environnement propice permettant à la société civile et aux défenseurs des droits humains de faire leur travail sans restrictions injustifiées ni harcèlement

• Les États membres doivent faire pression en faveur d’un système mondial de partage des responsabilités pour les réfugiés

COMPLÉMENT D’INFORMATION

L’année 2016 marque le 35e anniversaire de l’adoption de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, le 30e anniversaire de son entrée en vigueur, et le 10e anniversaire de la création et de la mise en œuvre de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples.

En raison de la convergence de tous ces anniversaires, l’Union africaine a déclaré l’année 2016 « Année africaine des droits de l’homme, avec un accent particulier sur les droits de la femme ».

C’est la première fois que l’UA décide d’axer une année et le programme de son sommet sur le thème des droits humains.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.