VIÊT-NAM : Les neveux et la nièce du père Nguyen Van Ly sur le point d’être libérés après un procès un appel

Index AI : ASA 41/042/2003
ÉFAI

Vendredi 28 novembre 2003

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Amnesty International a salué ce vendredi 28 novembre 2003 la décision de la
Cour populaire suprême d’Ho Chi Minh-Ville de réduire les peines prononcées
à l’encontre des neveux et de la nièce du père Nguyen Van Ly, prisonnier
d’opinion. Les deux frères, Nguyen Vu Viet et Nguyen Truc Cuong, ont vu
leurs peines d’emprisonnement de cinq et quatre ans réduites à trente-deux
mois. Leur sœur, Nguyen Thi Hoa, qui avait été condamnée en première
instance à trois ans d’emprisonnement, a vu sa peine réduite à quatre mois
et six jours. « Selon les informations que nous avons pu obtenir, Nguyen Thi
Hoa aurait été autorisée à rentrer chez elle et ses frères seraient libérés
dans les jours qui viennent », a déclaré l’organisation ce vendredi 28
novembre 2003.

« Si Amnesty International se félicite de toutes les réductions de peine
accordées récemment, l’organisation a la conviction que les personnes
concernées par ces mesures, comme les neveux et la nièce du père Nguyen Van
Ly, sont des prisonniers d’opinion et qu’elles n’auraient jamais dû être
placées en détention en tout premier lieu.

« Nguyen Vu Viet et Nguyen Truc Cuong ont passé deux années et demie en
prison ; leur sœur, veuve et mère de quatre enfants, placée en résidence
surveillée en attendant le procès en appel, a vécu avec comme perspective
d’avenir une longue peine d’emprisonnement. Leurs vies ont été gâchées, a
déclaré Amnesty International ce vendredi.

« Amnesty International est préoccupée par l’idée que les autorités
vietnamiennes puissent prononcer des réductions de peine sélectives pour
essayer, de manière assez cynique, de faire diminuer les critiques
internationales de plus en plus nombreuses ; il ne s’agirait alors que d’un
habillage destiné à masquer des problèmes très profonds relatifs aux droits
humains pour lesquels il est urgent de trouver une solution », a ajouté
l’organisation.

Complément d’information

Nguyen Vu Viet [h], vingt-sept ans, Nguyen Truc Cuong [h], trente-six ans et
Nguyen Thi Hoa [f], quarante-quatre ans, neveux et nièce du père Thadeus
Nguyen Van Ly, prisonnier d’opinion, condamné à dix années d’emprisonnement
pour avoir ouvertement critiqué la politique gouvernementale en matière de
droits humains, ont été arrêtés entre le 13 et le 19 juin 2001. Ils étaient
accusés d’avoir communiqué des informations concernant leur oncle et la
situation religieuse au Viêt-Nam à deux organisations vietnamiennes à
l’étranger.

L’acte original d’accusation, qu’Amnesty International a pu obtenir, énonce
avec beaucoup de détails les faits reprochés aux deux frères et à leur sœur.
Les dates et transcriptions complètes de leurs communications « par courrier
électronique, téléphone et fax » y figurent. Il est clair que les autorités
vietnamiennes ont eu accès aux messages Internet des accusés et qu’elles ont
enregistré au moins certaines de leurs conversations. Selon l’acte
d’accusation, tous les trois devaient être inculpés au titre de l’article 80
du Code pénal pour espionnage.

La date fixée pour la première audience de leur procès fut repoussée. Lors
de l’audience suivante, le 10 septembre 2003, les charges retenues contre
eux avaient été modifiées ; ils étaient accusés d’avoir « profité des
libertés démocratiques pour nuire aux intérêts de l’État », une infraction
prévue par l’article 258(2) du Code pénal. Après un procès à huis clos qui
n’avait duré que trois heures, Nguyen Vu Viet, Nguyen Truc Cuong et Nguyen
Thi Hoa avaient été condamnés respectivement à cinq, quatre et trois années
d’emprisonnement.

L’histoire des neveux et de la nièce du père Nguyen Van Ly est citée dans un
récent rapport d’Amnesty International sur le Viêt-Nam, disponible en
anglais sous le titre : Viet Nam : Freedom of expression under threat in
cyberspace (disponible à l’adresse suivante :
http://www.web.amnesty.org/library/index/engasa410372003)

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.