Visite de José Manuel Barroso en Chine. Le discours de l’Union européenne

Bruxelles (23 avril). Alors que le président de la Commission européenne et neuf autres commissaires se rendent en Chine, Amnesty International tient à souligner que leur mission ne sera réussie que si de véritables améliorations de la situation des droits humains dans le pays sont obtenues. Il s’agit probablement pour la Commission de la dernière occasion avant les Jeux olympiques de faire pression au plus haut niveau en vue d’obtenir des réformes dans le domaine des droits humains. La Commission doit apporter la preuve qu’elle est vraiment désireuse de saisir toutes les opportunités d’évoquer avec les pays tiers ses préoccupations en matière de respect des droits fondamentaux.

« À cent jours de l’ouverture des Jeux olympiques, la visite de ces hauts responsables représente une occasion unique de faire pression sur le gouvernement chinois afin qu’il change sa manière d’agir, a déclaré Natalia Alonso, la directrice adjointe du Bureau européen d’Amnesty International. Il s’agit pour l’Union européenne de faire la preuve de sa détermination à inclure la dimension des droits humains dans toutes ses politiques », a-t-elle ajouté.

Il faut également que les résultats de la visite du président Barroso permettent une discussion franche et constructive dans le cadre du Dialogue sur les droits humains Union européenne – Chine qui doit avoir lieu dans trois semaines. Après plus de 15 rencontres de ce type, la Chine n’a toujours pas mis ses politiques et ses pratiques en matière de droits humains en conformité avec le droit international. Les promesses du gouvernement chinois d’améliorer la situation à l’approche des Jeux olympiques n’ont par ailleurs pas été tenues. Le dernier rapport publié par Amnesty International dans le cadre du Compte à rebours avant les Jeux olympiques montre que la répression exercée contre les militants s’est intensifiée à cause des Jeux olympiques. Les événements du Tibet ne sont que l’illustration la plus récente de la dramatique situation des droits humains en Chine.

José Manuel Barroso a déclaré qu’il allait évoquer avec le gouvernement chinois les questions liées au respect des droits fondamentaux. Pour que cette visite de haut niveau ait véritablement un impact sur la situation des droits humains en Chine, il faut que le président de la Commission obtienne des autorités chinoises l’engagement qu’elles prendront sans attendre des mesures concrètes dans plusieurs domaines de préoccupation essentiels. Elle doivent en tout premier lieu :

• Garantir aux journalistes chinois et étrangers le droit d’informer et de circuler librement, pendant et après les Jeux olympiques.

• Mettre un terme à la répression contre les militants qui, à l’approche des Jeux olympiques, expriment leurs préoccupations en matière de droits humains.

• Cesser de recourir à la « rééducation par le travail » et à d’autres formes de détention sans procès, et faire preuve d’une plus grande transparence en ce qui concerne l’application de la peine de mort.

Le rapport complet intitulé The Olympics countdown : crackdown on activists threatens Olympics legacy (Compte à rebours avant les Jeux olympiques – les mesures de répression mettent en péril l’héritage olympique, ASA 17/050/2008) est disponible sur le site www.amnesty-eu.org.

Les personnes souhaitant commenter cette information, obtenir des détails ou prendre rendez-vous pour un entretien doivent s’adresser au :

Bureau européen d’Amnesty International à Bruxelles
Tél. : +32 2 502 1499
Fax : +32 2 502 5686
Courriel : amnesty-eu@aieu.be

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse