Zimbabwe : Les autorités doivent retrouver Itai Dzamara

Trois ans après sa disparition, les autorités zimbabwéennes doivent tenir la promesse qu’elles ont faite d’enquêter sur toutes les pistes afin de déterminer ce qu’il est advenu d’Itai Dzamara, militant pro-démocratie et journaliste qui a « disparu ».

Le président Emmerson Mnangagwa avait pris cet engagement devant le Conseil des droits de l’homme à Genève en 2016 alors qu’il était vice-président.

« En tant que vice-président, Emmerson Mnangagwa avait personnellement annoncé au nom du gouvernement zimbabwéen que les autorités enquêtaient activement sur la disparition d’Itai Dzamara. Pourtant, trois mois après son entrée en fonction à la présidence, nous sommes toujours plongés dans l’ignorance, a déclaré Deprose Muchena, directeur régional pour l’Afrique australe à Amnesty International.

« La famille d’Itai Dzamara et le monde ont besoin de savoir que tout est mis en œuvre pour rendre justice à Itai. »

Itai Dzamara était un détracteur bien connu du gouvernement de l’ancien président Robert Mugabe. Il l’avait publiquement appelé à démissionner, affirmant qu’il se montrait incapable de gérer la crise économique dans le pays.

Il a été enlevé par cinq inconnus le 9 mars 2015 alors qu’il était chez le coiffeur à Glen View, une banlieue de Harare, la capitale. Le samedi 7 mars, avant son enlèvement, il s’était exprimé devant les participants à un rassemblement à Harare et avait appelé à mener une action de grande ampleur pour lutter contre la détérioration des conditions économiques au Zimbabwe.

Des témoins ont déclaré que ses ravisseurs l’ont menotté et l’ont forcé à monter dans un fourgon blanc dont les plaques d’immatriculation avaient été dissimulées, avant de démarrer.

Itai Dzamara était connu des autorités et avait précédemment été enlevé, détenu illégalement et roué de coups par des agents des forces de sécurité. Amnesty International est convaincue qu’il est victime d’une disparition forcée.

Depuis longtemps, au Zimbabwe, les détracteurs du gouvernement et les militants sont victimes de disparitions forcées. En 2008, ce fut le cas de dizaines d’opposants et défenseurs des droits humains qui ont « disparu » pendant des semaines dans le cadre d’une opération de répression. L’État a nié son implication à plusieurs reprises, mais de nombreux militants ont plus tard été retrouvés en détention, tandis que le sort réservé à d’autres demeure inconnu.

« Les gens ne se volatilisent pas sans laisser de traces. Quelqu’un sait ce qui est arrivé à Itai Dzamara, a déclaré Deprose Muchena.

« Le gouvernement doit intensifier les recherches. Ceux qui sont à l’initiative de son enlèvement et ont dissimulé les informations sur le lieu où il se trouve doivent être traduits en justice dans le cadre de procédures respectant les normes d’équité. On ne peut laisser l’impunité perdurer. »

Complément d’information

Le président Emmerson Mnangagwa était vice-président lorsqu’il a déclaré lors de l’Examen périodique universel de l’ONU à Genève en 2016 que le gouvernement poursuivait activement les recherches pour retrouver Itai Dzamara. Pourtant, le gouvernement n’a pas fourni de mises à jour régulières sur les actions menées pour retrouver le militant disparu, malgré la décision de justice prise en ce sens en 2016.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition