Sea Watch 3 : "Nous soutenons la décision de Carola Rackete"

C’est avec soulagement que nous avons appris que le Sea Watch3 a finalement accosté et que les 42 personnes migrantes qu’il avait sauvées ont enfin pu rejoindre un port et être débarquées à Lampedusa.

Nous appuyons la décision prise par son capitaine, Carola Rackete, de faire de la vie et de la sécurité des personnes sauvées une priorité, comme le prévoient plusieurs sources du droit international ratifiées par l’Italie, face à l’interdiction d’amarrage imposée par le gouvernement italien. Amnesty Italie suivra directement le procès dans lequel Carola Rackete est impliquée. Amnesty International la considère comme une défenseure des droits humains pour ce geste et agira en conséquence pour sa défense.

L’Italie, ayant notamment ratifié la Convention internationale relative au statut des réfugiés, agit de manière illégitime en mettant en œuvre ce qui constitue manifestement des tentatives de refoulement collectif.

La persistance de l’attitude du gouvernement italien est plus que préoccupante. Ce dernier a, sans interruption et sans distinction de couleur politique, mis en place depuis 2017 une criminalisation systématique du travail de la société civile, sans qu’aucune tentative sérieuse n’ait été prise au niveau européen pour créer des canaux légaux de migration ou pour garantir un système de secours efficace. Se reposer sur les autorités libyennes pour pratiquer des opérations de sauvetage pose également problème, puisqu’aucun port libyen ne peut en l’état actuel être considéré comme sûr.

Nous exprimons également notre solidarité envers Carola pour les attaques subies par les représentants italiens qui ont contribué à créer un climat de haine envers sa personne.

Enfin, nous espérons que les mesures d’accueil adéquates seront garanties aux migrant·e·s débarqué·e·s au cours des dernières heures.

Nous invitons les institutions italiennes et européennes à revoir leurs politiques relatives aux opérations de de recherche et de sauvetage en mer, ainsi qu’à l’accueil et à la relocalisation des migrant·e·s.

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !