Nous continuerons à faire campagne jusqu’à ce que tous les prisonniers d’opinion d’Arabie saoudite aient été libérés

Le blogueur saoudien Raif Badawi a été arrêté en juin 2012 et condamné en 2014 pour avoir créé un site Web invitant les internautes à débattre de questions sociales et politique

Il a été condamné à 10 ans d’emprisonnement et à 1 000 coups de fouet. Lorsque les autorités saoudiennes ont commencé à appliquer la peine de flagellation, le 9 janvier 2015, nos sympathisants du monde entier se sont mobilisés, suscitant la réprobation de la communauté internationale à l’égard des autorités et exigeant la libération de Raif Badawi et de tous les autres prisonniers d’opinion. Il n’a plus été fouetté depuis lors.

Ces trois dernières années, nos sympathisants ont fait campagne sans relâche devant des ambassades saoudiennes partout dans le monde, organisé des rassemblements silencieux aux chandelles, envoyé des tweets visant les autorités saoudiennes et écrit des centaines de milliers de lettres et de messages de solidarité pour demander la libération de Raif et de tous autres prisonniers d’opinion détenus en Arabie saoudite.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons maintenir la pression, car la situation des droits fondamentaux en Arabie saoudite va en s’aggravant.

Nous refusons de fermer les yeux sur le bilan terrible de l’Arabie saoudite en matière de droits humains. La répression de la société civile et de la liberté d’expression se poursuit à un rythme soutenu, alors que les autorités continuent à traduire en justice des défenseurs des droits humains sur la base d’accusations liées à leur militantisme pacifique.

Des dizaines de militants, de défenseurs des droits humains, d’écrivains et d’avocats sont toujours incarcérés, notamment l’avocat de Raif, Waleed Abu al Khair, alors qu’ils n’ont fait qu’exercer leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique. Mais l’union fait la force, et nous resterons mobilisés jusqu’à ce que tous les prisonniers d’opinion aient été libérés.

Voici trois façons de demander à l’Arabie Saoudite de respecter les droits humains :

Demandez que Raif, Waleed et tous les autres prisonniers d’opinion soient libérés

On sait que l’Arabie saoudite tient à son image auprès de l’opinion publique et à sa réputation internationale. Nous vous invitons à cibler publiquement les autorités, à dénoncer la répression de la liberté d’expression à laquelle elles se livrent et à faire pression sur elles pour qu’elles libèrent tous les prisonniers d’opinion.

Tweetez maintenant : Défendre les droits humains n’est pas un crime !

Libérez tous les prisonniers d’opinion en #Arabie saoudite maintenant !

Exhortez l’Arabie Saoudite à cesser d’utiliser la législation antiterroriste contre les défenseurs des droits humains

En raison de leurs activités pacifiques, des défenseurs des droits humains continuent à être poursuivis sur la base d’accusations formulées en des termes vagues au titre de la législation antiterroriste. Ils peuvent être condamnés à des peines allant jusqu’à 15 ans de réclusion à l’issue de procès manifestement inéquitables devant le Tribunal pénal spécial, juridiction tristement célèbre créée pour traiter les infractions liées à la sécurité et au terrorisme. La semaine dernière, des experts de l’ONU ont déploré l’utilisation faite par l’Arabie saoudite de la législation antiterroriste et ont exhorté cet État à mettre un terme à la répression des militants pacifiques.

Tweetez la déclaration de l’ONU : Des experts de l’ONU appellent l’#Arabie saoudite à mettre fin à la répression des défenseurs des droits humains au titre de la législation antiterroriste et à libérer tous les militants pacifiques :
http://bit.ly/2Cbubwd

Engagez votre gouvernement à faire pression sur les autorités saoudiennes pour qu’elles cessent de réprimer les droits humains

Votre gouvernement doit faire tout son possible pour que l’Arabie saoudite prenne les mesures qui s’imposent. Publiez des tweets sur les comptes officiels des autorités de votre pays (par exemple, votre ministère des Affaires étrangères ou votre ambassade en Arabie saoudite) et demandez-leur d’inciter l’Arabie saoudite à libérer Raif, Waleed et tous les autres prisonniers d’opinion.

Voici les comptes Twitter de quelques ambassades en Arabie saoudite :
UE :

Allemagne :

Pays-Bas :

Suède :

Royaume-Uni :

États-Unis :

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition