Yecenia, torturée et emprisonnée au Mexique : « j’ai besoin de vous »

Ce 10 juillet, cela fera trois ans que Yecenia Armenta a été arrêtée et forcée par la torture à signer des aveux pour un crime qu’elle affirme ne pas avoir commis. Voici une lettre qu’elle a écrite aux militants d’Amnesty International.

« Chères amies, chers amis,

Je vous écris de prison, dans le nord du Mexique. Il fait très chaud. En ces mois d’été, la température avoisine les 40 degrés et ne cesse de monter. Nous sommes en sueur.

Trois ans déjà. J’ai vu les étés arriver et repartir, de même que des gens. Mes enfants grandissent, dehors. Trois années de changement et de mouvement.

Moi, je reste ici. Parfois, je me sens très fatiguée et découragée.

Avant tout cela, je me sentais utile à la société, et j’aimais m’occuper des autres. Puis, la police mexicaine m’a torturée. J’ai subi des sévices physiques, psychologiques et sexuels. Puis j’ai été condamnée pour un crime que je n’avais pas commis. Ces mêmes autorités s’opposent maintenant à ma libération et me refusent la justice. Elles doivent savoir que le monde les observe, désormais. Pour cela, j’ai besoin de votre aide. Sans vous, on va m’oublier. Je pense que beaucoup de gens vont se reconnaître dans mon histoire. Amnesty International m’a rendu visite récemment et m’a raconté d’autres cas, comme celui de Claudia Medina, dont l’expérience est similaire à la mienne, et qui a été libérée grâce à la solidarité et aux pressions de milliers de personnes comme vous dans le monde. J’espère, et je suis reconnaissante.

Avant, j’emmenais mon fils à ses cours de natation. Je me souviens comme les autres enfants voulaient être les plus rapides, ou les plus forts. Mais pas mon fils. Il ne nageait pas. Il flottait gaiement et librement au milieu de la piscine, pendant que les autres faisaient la course. Il jouait dans l’eau, sans s’inquiéter. Je pensais qu’il était mal élevé. Maintenant, je me rends compte à quel point je suis heureuse qu’il se soit senti aussi libre. Nous devrions tous être comme lui. La liberté est vitale pour l’être humain. Elle nous aide à respirer, à vivre pleinement.

Je veux être libre moi aussi, libre d’être moi-même.

Je ne veux pas rester un jour de plus dans ce lieu. Je veux que les gens connaissent mon histoire et je veux, mes amis, que vous m’aidiez. J’ai besoin de votre aide pour exiger la justice de la part des autorités. Et j’espère, je sais que vous allez m’aider.

Pendant ce temps, je serai dans ma cellule, en priant pour que tout aille bien.

Affectueusement,

Yecenia Armenta »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.