PORTO RICO

Des policiers auraient brutalisé des étudiants lors d’une manifestation. Les conditions de vie dans un quartier informel dont les habitants avaient fait l’objet d’un ordre d’expulsion étaient toujours préoccupantes.

Commonwealth de Porto Rico
CHEF DE L’ÉTAT : Barack H. Obama
CHEF DU GOUVERNEMENT : Luis Fortuño
PEINE DE MORT : abolie
POPULATION : 4 millions
ESPÉRANCE DE VIE : 79 ans
MORTALITÉ DES MOINS DE CINQ ANS (M/F) : 9 / 8 ‰

Utilisation excessive de la force

En mai, lors d’une grève de deux mois observée par des étudiants à San Juan, plusieurs cas d’usage excessif de la force par des agents des services de police portoricains ont été signalés.

Le 20 mai, notamment, des policiers ont utilisé sans discernement des matraques et du gaz poivre contre des personnes non violentes qui participaient à une manifestation organisée par les étudiants à l’hôtel Sheraton. Des images filmées de cet épisode montraient un étudiant recevant une décharge électrique de pistolet Taser alors qu’il était maintenu au sol par trois policiers.

Droit à un logement convenable

En novembre, les habitants de Villas de Sol, à Toa Baja, ont conclu un accord pour former une coopérative de logement sur le terrain que leur a cédé la municipalité de Toa Baja en échange d’une parcelle dont leur avait fait don Eduardo Ibarra, président de l’Ordre des chirurgiens. Toutefois, à la fin de l’année, la communauté restait sous le coup d’un ordre d’expulsion émis par le gouvernement et prolongé jusqu’au 31 décembre, et n’était pas approvisionnée de façon permanente en eau ni en électricité. Amnesty International a enjoint les autorités fédérales de prolonger le délai d’expulsion jusqu’en 2011 afin de donner aux personnes concernées le temps de construire d’autres habitations sur le nouveau terrain et de permettre aux autorités municipales d’approvisionner celui-ci correctement en eau et en électricité et d’y aménager les installations sanitaires nécessaires.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.