Victimes civiles en Israël et au Liban : pas d’impunité.

Pour agir directement, cliquez ici

- voir aussi la page d’information et d’action sur ce conflit

Le 14 août, un cessez-le-feu entre Israel et le Hezbollah, appelé par la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, est entré en vigueur. Entre le début du conflit le 12 juillet et l’application du cessez-le-feu, on enregistre environ 1.000 civils tués au cours des attaques aériennes israéliennes et les tirs d’artillerie lourde sur le Liban et environ 40 civils tués par des tirs de fusée du Hezbollah sur le nord d’Israel.

JPEG - 11.4 ko
Au moins 23 travailleurs agricoles ont été tués lors d’une attaque aérienne israélienne, près de Baalbek.

Les attaques sans discrimination et disproportionnées contre des civils ont continué sans relâche des deux côtés jusqu’au cessez-le-feu, y compris des bombardements israéliens de l’infrastructure civile dans l’ensemble du Liban. La soirée de 11 août, un convoi de véhicules voyageant dans le sud de la vallée de Beka’a, au Liban oriental, a été bombardé par des forces d’Israel détruisant au moins six civils comprenant une volontaire de la Croix Rouge libanaise et blessant 32 personnes.

Le convoi, qui selon le Comité international de la Croix Rouge (CICR), comprenait des centaines de personnes, quittait la zone de Marjayoun, le Liban méridional, qui avait subi des attaques israéliennes répétées. Ce convoi avait été escorté pour une partie du voyage par des forces des Nations Unies (FINUL). Les autorités israéliennes ont déclaré que l’attaque était une erreur, et proclamé qu’elle avait été effectuée sur le soupçon que ce convoi a inclus des combattants du Hezbollah transportant des armes.

Dans l’après-midi du 10 août, des tracts lâchés par des avions israéliens au centre de Beyrouth, avertissaient les habitants du quartier de Bour Al-Barajneh, de Hay Sallum et Shyah de quitter ces zones étant donné qu’elles pouvaient être attaquées par des forces d’Israël. Un des quartiers mentionnés dans les tracts, Shyah, avait déjà été bombardé par des forces d’Israël trois jours plus tôt, le 7 août, tuant plus de 50 civils. Les délégués d’Amnesty International au Liban qui ont visité la zone le jour suivant le bombardement avaient trouvé une scène de dévastation totale, des corps des femmes et d’ enfants étaient encore retirés des décombres .

Les forces israéliennes n’avaient émis aucun avertissement préalable aux habitants de la zone des attaques aériennes imminentes. Au contraire, la zone avait été considérée plus sûre que d’autres zones de la capitale et des personnes qui avaient dû se sauver de leurs maisons dans d’autres parties du pays avaient recherché refuge là.

JPEG - 9.9 ko
Des déplacés libanais écoutent anxieusement les nouvelles afin de savoir s’ils peuvent rentrer chez eux.

Comme de plus en plus de zones sont visés par des forces d’Israel, le nombre de personnes déplacées continuées à se développer. En un mois de conflit, environ un million de personnes -un quart de la population entière du Liban – a été forcé de se sauver de leurs maisons.

Depuis le cessez-le-feu beaucoup retournent maintenant à la maison, mais des dizaines de milliers n’ont plus maison ; une pile de décombres est tout ce qui leur reste.

La délégation d’Amnesty International a indiqué que des centaines de civils ont été tués par des forces d’Israël au cours d’attaques sur des zones résidentielles causant des destructions massives. D’autres ont été tués dans des attaques visant des véhicules utilisés par les villageois se conformant aux injonctions de l’armée israélienne de quitter leurs maisons au Liban du sud.

Environ 40 civils israéliens ont été tués dans les attaques par le Hezbollah sur des villes et des villages, y compris Haïfa, Kiryat Shmona, Nahariya, Safed, Ma’alot et Acre. Le Hezbollah a annoncé avoir lancé environ 4.000 fusées vers le nord d’Israël, bon nombre d’entre elles dans les zones peuplées par des civils. Les délégués d’Amnesty qui ont visité le nord d’Israël pour enquêter sur les attaques, ont trouvé des preuves que certaines des fusées utilisées par le Hezbollah ont contenu des milliers de roulements à billes en métal ce qui augmente le potentiel de morts puisque même ceux qui ne se trouvent pas directement dans la zone de tir peuvent être tués ou sérieusement blessés par le jet des roulements à billes.

[*Amnesty International presse le Conseil de sécurité de l’ONU à inviter le sécrétaire général de l’ONU à établir immédiatement une enquête complète, indépendante et impartiale concernant des violations de la loi humanitaire internationale par les deux parties au conflit, y compris les violations qui peuvent être qualifiées de crimes de guerre. L’enquête devrait être conduite par des experts qui devraient recevoir toutes les aide et ressources nécessaires. Les résultats de l’enquête devraient être rendus publics et inclure des recommandations ayant pour but d’empêcher d’autres violations.

Merci d’envoyer les courriers suivants, par fax ou par email, aux Ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de Sécurité des Nations unies*]

[(Monsieur le Ministre,

Je vous écris pour vous faire part de ma profonde inquiétude quant au fait que l’accord actuel de cessez-le-feu n’inclut aucune référence aux exigences de la loi humanitaire internationale, à savoir la nécessité d’établir la responsabilité des deux parties au conflit pour des violations commises.

Je vous demande donc d’exercer votre influence sur le Conseil de sécurité de l’ONU pour inviter le Secrétaire général de l’ONU à former immédiatement une équipe d’experts pour conduire une enquête complète, indépendante et impartiale sur les violations de loi humanitaire internationale au Liban et en Israël, y compris les violations qui peuvent être qualifiées de crimes de guerre.

Je vous demande également d’user de toute votre influence pour que cette équipe d’experts dispose toutes les ressources financières et techniques nécessaires pour lui permettre d’effectuer une recherche pertinente. Les résultats de l’enquête devraient être rendus publics et inclure des recommandations ayant pour but d’empêcher d’autres violations.

Je vous demande également de faire en sorte que les personnes suspectées de crimes de guerre soient déférées en justice et répondent de leurs actes, au cours d’un procès qui respecte les normes internationales pour un procès équitable.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.)]

Voici le texte en anglais :

[(Dear Minister,

I am gravely concerned that the current ceasefire agreement includes no reference to the necessity to uphold requirements under international law, including the need to establish accountability for violations by both sides of the conflict.

Therefore, I call on your government to exert your influence on the UN Security Council to request the UN Secretary-General to establish immediately an authoritative team of experts to conduct a comprehensive, independent and impartial investigation into violations of international law in Lebanon and Israel, including violations which may amount to war crimes.

Press for this inquiry to have all the necessary financial and technical resources to enable it to carry out an effective investigation. The outcome of the inquiry must be made public. It must include recommendations aimed at ending and preventing further violations, and its finding made public.

Anyone against whom there is evidence of war crimes must be brought to justice in proceedings which meet international standards for fair trial.

Yours sincerely,
)]

E-mail : minsik@um.dk ; msu.correspondence@fco.gov.uk ; tnwinfo@plancom.go.tz ; kami@foreign.gov.sk ; cio@mfa.gr ; webmaster@mfa.gov.cn ; secretary@state.gov ; webmaster@mofa.go.jp ; dip@mid.ru ; ministry@mid.ru ; btc@cancilleria.gov.ar ; btc@mrecic.gov.ar ; ghmfaoo@ghana.com

Fax :

Pérou : +51 1311 2410

Danemark : +45 3254 0533

Grèce : +30 2103 6814 33

Qatar : +974 4429 454

Congo Brazzaville : +242 81 41 61

France : +33 145 516012 and +33 143 175212

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.