Écrire Les familles détenues par les services de l’immigration doivent être libérées

Alors que le nombre de cas de COVID-19 flambe dans les centres pour migrant·e·s qui accueillent les familles, les services de l’immigration continuent de détenir près de 90 familles qui se sont rendues aux États-Unis pour se mettre en sécurité et échapper aux violences et aux persécutions dans leurs pays.

Au 6 août, au moins 130 membres de familles détenus et membres du personnel ont été testés positif au COVID-19. En juillet, une juge a ordonné aux autorités de libérer les mineur·e·s en raison du COVID-19, mais sa juridiction ne s’exerçait pas sur les parents.

Les autorités ont refusé de les libérer ensemble.

Libérer les enfants tout en maintenant les parents en détention constitue une séparation familiale. Nous demandons aux autorités de libérer toutes les familles immédiatement afin de les protéger contre la pandémie.

Le Service de contrôle de l’immigration et des douanes (ICE) détient près de 90 familles dans trois établissements en Pennsylvanie et au Texas. Des cas de COVID-19 ont été confirmés dans des centres de détention pour les familles, dès le mois de juin, exposant toutes les familles détenues au risque de contamination du fait de l’hygiène inadaptée et des soins médicaux insuffisants. L’ICE dispose de l’autorité légale pour libérer les familles ensemble et l’a fait par le passé, mais choisit cette fois-ci de ne pas exercer son autorité.

Ana* (22 ans) et sa fille Victoria* (4 ans) ont fui le Honduras après avoir reçu plusieurs menaces de mort et après que le conjoint d’Ana et père de Victoria a été tué en raison de ses convictions politiques. L’ICE a été informé à plusieurs reprises que Victoria est asthmatique et qu’elle est particulièrement fragile face au COVID-19, mais il refuse malgré tout de les libérer. Ana a des kystes ovariens qui provoquent des douleurs quotidiennes depuis des mois et ne bénéficie pas d’une prise en charge médicale adaptée. Victoria souffre maintenant de crises d’angoisse, fait des cauchemars et mouille son lit, alors que ce n’était pas le cas avant.

Marilin* (31 ans) et Yunior* (11 ans) ont tourné le dos à des années de violences au Honduras infligées par l’ex-partenaire de Marilin et un gang criminel. Yunior a développé une infection de l’estomac en détention et a perdu tellement de poids qu’il pèse désormais moins qu’il y a un an. Marilin a des kystes ovariens, mais n’a pas encore consulté de gynécologue. Elle souffre d’hypertension et de prédiabète, a des douleurs à la poitrine et parfois, la nuit, elle est prise de tremblements. Elle est convaincue qu’elle va mourir en détention et a appelé sa famille pour faire un testament de dernière minute, afin de s’assurer que quelqu’un s’occupera de son fils si elle meurt.

Juana* (45 ans) et Norma* (4 ans) ont fui le Honduras avec la deuxième fille de Juana, Paula*, après que les membres d’un gang les ont menacées de viol et de meurtre. Elles ont été séparées à la frontière américaine. Paula a été envoyée au Mexique au titre de la politique illégale « Rester au Mexique », tandis que Juana et Norma ont été placées en détention. L’incertitude quant au sort de Paula pèse lourd sur Juana. Elle souffre de douleurs articulaires, d’hypertension et d’obésité. Du fait de tout ce stress, elle a perdu beaucoup de poids. Norma est abattue, déprimée, et demande constamment quand elles sortiront. Juana ne sait plus quoi lui répondre.

Ces mères ont récemment eu à fêter un anniversaire qu’aucun parent ne souhaiterait célébrer : un an de détention avec leurs enfants.

En mai 2020, l’ICE a imposé à des parents avec des enfants ayant parfois à peine un an un « choix binaire » impossible : être séparés de leurs enfants, qui seraient libérés et confiés à des familles d’accueil pendant que les parents resteraient en détention illimitée et risqueraient d’être expulsés, ou bien rester en détention illimitée ensemble. Amnesty International États-Unis a publié une synthèse intitulée Family Separation 2.0 : “You aren’t going to separate me from my only child”, contenant des témoignages de parents.

Aux termes du droit international, les États-Unis sont tenus de veiller à ce que les droits humains des personnes migrantes et demandeuses d’asile soient respectés, protégés et concrétisés. Le gouvernement américain est aussi tenu de veiller à ce que les mineurs ne soient détenus que dans des circonstances exceptionnelles, et ce pendant la durée la plus courte possible. Les normes internationales, y compris les instruments auxquels les États-Unis sont partie, sont fortement défavorables à la détention des migrant·e·s et des demandeurs d’asile. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) proclame clairement le droit de ne pas être détenu arbitrairement. La détention des demandeurs d’asile ne doit être qu’une mesure prise en dernier recours, lorsque les autres solutions non privatives de liberté se sont révélées ou ont été jugées insuffisantes dans le cas de la personne en cause.

Les familles doivent toutes être libérées ensemble immédiatement. Des personnes sont prêtes à les accueillir. Il n’y a aucune raison de ne pas libérer les enfants avec leurs parents. La solution alternative, c’est-à-dire séparer les familles en ne libérant que les enfants, est inacceptable. La séparation de la famille résultant de ce « choix » forcé viole de nombreux droits humains, notamment le droit à l’unité de la famille, le droit à la liberté, et l’obligation d’accorder la priorité à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

MARATHON DES LETTRES : Soutenez 10 personnes en danger

10 personnes en danger dans le cadre du marathon des lettres 2020. Signez pour les défendre, les faire libérer ou demander justice !