Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

maison de retraite droits humains

© Sylvia Mellemans – Vlaamse Ouderenraad

Pendant les premiers jours de la pandémie de COVID-19, les maisons de repos et maisons de repos et de soins (MR/MRS) se sont retrouvées dans l’angle mort des autorités régionales et fédérales belges, dont la réponse adéquate est arrivée beaucoup trop tard. En ont résulté des violations des droits humains des personnes âgées qui auraient pu être évitées, dont le droit à la vie, le droit à la santé ainsi que le droit à la non-discrimination. Maison de repos : des manquements préexistants à la pandémie La pandémie a mis en lumière et exacerbé des manques préexistants. De manière générale, le secteur des MR/MRS ne dispose pas des moyens adéquats pour assurer le respect intégral des droits humains des résident·e·s. L’insuffisance du personnel, son manque de formation, ainsi que l’inadéquation des procédures de contrôle, comptent parmi les éléments qui posent problème. En outre, la pandémie a révélé le fait que trop souvent, les personnes âgées ne sont pas vues comme des détentrices de droits à part entière et des décisions inadaptées sont prises sans souci de leur avis, avec des conséquences délétères sur le respect de leurs droits fondamentaux et de leur bien-être. Le bien-être, la dignité et le respect des droits humains des personnes âgées en MR/MRS ne sont pas assez pris en compte. Mesures urgentes à mettre en place par les autorités belges dans les maisons de repos Il est urgent que les autorités belges regardent en face les conditions de travail du personnel et les conditions de vie des résident·e·s des MR/MRS. La (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit