Libérez Nabeel Rajab

ENCORE UNE ATTEINTE À LA LIBERTÉ D’EXPRESSION À BAHREÏN L’éminent défenseur des droits humains bahreïni Nabeel Rajab, déjà derrière les barreaux, risque d’être à nouveau condamné. Le président du Centre des droits humains de Bahreïn a été condamné en juillet 2017 à deux ans en prison pour avoir « diffusé des rumeurs et de fausses informations au sujet de la situation interne du royaume risquant de porter atteinte à son prestige et à son statut », suite à des interviews qu’il a données entre 2015 et 2016. Il a été détenu à l’isolement durant plus de neuf mois. Cette sentence a été confirmée en appel le 15 janvier dernier. Le 21 février, il sera à nouveau jugé pour une autre affaire, pour laquelle il risque 15 ans de prison. Il est inculpé de « diffusion de fausses rumeurs en temps de guerre », d » outrage aux autorités publiques » (notamment le ministère de l’Intérieur) et d » outrage à un pays étranger », pour avoir tweeté et retweeté des messages au sujet des frappes aériennes de la coalition menée par l’Arabie saoudite au Yémen, ainsi que d’autres messages concernant des allégations d’actes de torture commis à la prison de Jaww dans laquelle il est incarcéré. Nabeel Rajab est un prisonnier d’opinion. Il ne faisait que son travail, qui consiste à pointer du doigt les violations des droits humains commises par Bahreïn et d’autres États, pour demander qu’il y soit mis fin. Les autorités bahreïnites l’ont condamné pour le faire taire, dans un contexte de (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit