Signer en ligne Protégeons celles et ceux qui nous protègent

La Colombie est le pays d’Amérique latine qui compte le plus grand nombre d’assassinats de défenseur·e·s des droits humains. Il figure en deuxième place du classement des pays les plus dangereux au monde pour mener à bien ce travail. Plus particulièrement, les défenseur·e·s qui travaillent pour protéger la terre, le territoire et l’environnement dans les zones rurales, dans les communautés indigènes, paysannes et afro-colombiennes sont les cibles d’actes de violence, d’intimidation voire de menaces de mort.

Jani Silva, Danelly Estupiñan, Joel Rodríguez et María Ciro font partie de celles et ceux qui luttent en faveur de la protection de l’environnement en Colombie. Pour les dissuader de mener ce travail, les persécutions et menaces de mort sont quotidiennes. Dans un pays où les attaques restent souvent impunies et où aucune autorité ne peut garantir leur sécurité, les défenseur·e·s risquent leur vie quotidiennement pour défendre les écosystèmes, l’eau et la nourriture dont dépend la survie de la population.

Leur histoire, c’est aussi la nôtre : protéger l’environnement, c’est protéger nos droits humains.

Jani, Danelly, Joel et María, au même titre que tous les défenseur·e·s de l’environnement en Colombie, doivent être protégé·e·s et encouragé·e·s à poursuivre leur combat en faveur de l’environnement. Les groupes armés présents dans le pays doivent être dissous de toute urgence et une Commission de vérification des garanties pour les défenseurs des droits de l’homme doit être créée pour les protéger.

PNG

Toutes les infos
Toutes les actions

Les procès inéquitables mènent à la peine de mort

Trop souvent, les condamnations à la peine de mort s’accompagnent d’un manque de représentation légale. De nombreux condamnés n’ont pas eu accès à un avocat, ou alors à la dernière minute. Signez notre pétition