Liberté pour l’avocate Hoda Abdelmoniem !

Hoda Abdelmoniem

L’avocate Hoda Abdelmoniem, détenue arbitrairement depuis quatre ans, est en cours de jugement devant une cour de sûreté de l’État sur la base de charges forgées de toutes pièces, liées à ses activités de défense des droits humains. Les autorités égyptiennes continuent à la priver d’accès à sa famille, ainsi qu’à des soins adéquats, en dépit de graves problèmes de santé, notamment une insuffisance rénale et des troubles cardiaques, et de ses nombreuses hospitalisations passées.

Elle doit être libérée immédiatement et sans condition.

Arrêtée en 2018 et victime de disparition forcée

Le 1er novembre 2018 au Caire, à 1 h 30 du matin, des membres de l’Agence de sécurité nationale ont fait irruption chez Hoda Abdelmoniem, ont fouillé son domicile, puis l’ont emmenée avec eux après lui avoir bandé les yeux. Elle a été soumise à une disparition forcée pendant les trois semaines qui ont suivi son arrestation, puis a été emmenée dans les locaux du service du procureur général de la sûreté de l’État aux fins d’interrogatoire. On l’a ensuite ramenée vers un lieu de détention inconnu. Sa famille a pu la voir brièvement les 24 et 28 novembre 2018, dans le service du procureur général de la sûreté de l’État.

Elle a de nouveau fait l’objet d’une disparition forcée entre le 2 décembre 2018 et le 14 janvier 2019, les autorités refusant de révéler à ses proches et à ses avocats le lieu où elle était détenue.

Un état de santé préoccupant

Le 30 novembre 2020, les proches de Hoda Abdelmoniem ont appris par des membres de la famille de codétenues qu’elle avait été emmenée à l’hôpital de la prison, puis transférée dans un hôpital externe, en raison de douleurs intenses. Ses proches n’ont pas été autorisés par les autorités pénitentiaires à consulter son dossier médical et ne connaissent donc pas la nature exacte de ses problèmes de santé, mais des familles d’autres détenues les ont informés qu’un des reins de Hoda Abdelmoinem ne fonctionnait plus et que l’autre était déficient. Le 1er décembre 2020, le ministère de l’Intérieur a déclaré publiquement qu’elle avait bénéficié de soins médicaux et qu’elle n’avait pas de problème de santé grave.

Le 11 octobre 2021, lors d’une audience devant la cour, Hoda Abdelmoniem a dit aux juges que le médecin de la prison avait estimé qu’elle avait besoin d’un cathétérisme cardiaque et avait demandé sa libération pour raisons médicales.

Accusée de terrorisme pour défendre les droits humains

Le 23 août 2021, Hoda et d’autres défenseur·es des droits humains ont été envoyé·es devant une cour de sûreté de l’État. Le bureau du procureur général de la sûreté de l’État les a inculpés de divers chefs d’accusation, notamment appartenance à une organisation terroriste (les Frères musulmans), diffusion de fausses informations sur les atteintes aux droits humains imputables aux forces de sécurité via une page Facebook intitulée « Coordination égyptienne pour les droits et les libertés », financement d’une organisation terroriste et possession de tracts promouvant les objectifs d’une organisation terroriste.

Les procédures qui se déroulent devant les cours de sûreté de l’État sont intrinsèquement iniques. Les personnes condamnées se voient dénier le droit de faire appel de la déclaration de culpabilité et de la peine devant une juridiction supérieure. Seul le président égyptien est habilité à confirmer, annuler ou commuer les peines prononcées, ou à ordonner la tenue d’un nouveau procès. Parmi les autres violations du droit à un procès équitable recensées figurent le droit de disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de sa défense, le droit de communiquer avec l’avocat de son choix et le droit à une audience publique.

Hoda n’a rien à faire en prison

Hoda Abdelmoniem a travaillé comme consultante bénévole pour l’ECRF et recueillait des informations sur des violations des droits humains, y compris des disparitions forcées. Elle a été membre du Conseil national des droits humains et du Barreau égyptien. Elle faisait l’objet d’une interdiction de se rendre à l’étranger depuis fin 2013, sans avoir été inculpée. Le 27 novembre 2020, le Conseil des barreaux européens a décerné son Prix des droits humains 2020 à Hoda Abdelmoneim et à six autres avocat.e.s détenus en Égypte.

Signez cette pétition pour demander la libération immédiate et sans condition d’Hoda Abdelmoniem.

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit