Bélarus, Il faut libérer l’étudiante arrêtée à cause d’un discours de remise des diplômes

Bélarus Katsyaryna Vinnikava Discours de remise des diplômes

Katsyaryna Vinnikava, une étudiante de la faculté de droit de l’Université d’État du Bélarus, a été condamnée à 15 jours de détention par les autorités du Bélarus après avoir prononcé un discours de remise des diplômes dans lequel elle honorait d’anciens enseignants et diplômés qui ont subi des représailles en raison de leur soutien aux manifestants pacifiques et de leur opposition à la répression politique.

« Les autorités du Bélarus ont une fois encore montré leur détermination à étouffer toute forme de dissidence. Leur dernière cible est une jeune femme dont le crime supposé a été de déclarer son respect pour les droits et la justice devant ses pairs universitaires, a déclaré Marie Struthers, directrice pou l’Europe de l’est et l’Asie centrale à Amnesty International.

« Katsyaryna Vinnikava doit être libérée immédiatement et sans condition, et toutes les poursuites à son encontre doivent être abandonnées. Les autorités bélarussiennes doivent arrêter de combattre leur propre peuple et mettre fin à la répression à caractère politique en libérant toutes les personnes qui ont été privées de leur liberté uniquement pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. »

Complément d’information

Le 29 juin, Katsyaryna Vinnikava a prononcé un discours de remise des diplômes dans lequel elle disait : « Je souhaite à chacun d’entre nous d’aimer, de défendre et de protéger l’État de droit avec l’honneur et la dignité d’un véritable avocat, peu importent les difficultés actuelles et celles à venir. Connaissez la loi, croyez en la loi. [...] Merci de toujours vous souvenir que la loi est l’art de la bonté et de la justice. Et la bonté, la raison et la dignité humaine toutes ensemble gagnent toujours. »

Elle a également honoré d’anciens membres du personnel de la faculté et des avocats qui ont « montré par leur exemple ce qu’est être un avocat et ce qu’est la loi », notamment les anciennes enseignantes Alena Basalay et Alena Layeuskaya, licenciées pour leurs opinions, ainsi que l’avocat Maksim Znak, qui a été arrêté en septembre 2020 pour des charges de « conspiration pour prendre le pouvoir » et « création d’un groupe extrémiste ».

D’après les amis de Katsyaryna Vinnikava, elle a été convoquée le 30 juin au bureau des Affaires intérieures de l’arrondissement Lénine à Minsk, interrogée durant sept heures, puis placée en détention le lendemain matin. Elle n’a pas été autorisée à consulter son avocat. Katsyaryna Vinnikava a été inculpée d’avoir « organisé d’un rassemblement non autorisé » (article 23.34 du Code des infractions administratives). Le 1er juillet, le dortoir dans lequel elle vit a été fouillé et son ordinateur portable a été confisqué.

Le 2 juillet, un tribunal de Minsk a condamné Katsyaryna Vinnikava à 15 jours de détention administrative. Elle est détenue dans le centre de détention d’Akrestsina, à la sombre réputation.

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit