Bosnie-Herzégovine, L’anniversaire du massacre de Srebrenica est un sinistre avertissement de l’Histoire

Bosnia

Lors du massacre de Srebrenica, plus de 8 000 hommes et adolescents musulmans bosniaques ont été tués par l’Armée de la République serbe de Bosnie dans une enclave déclarée « zone de sécurité » par l’ONU. Le 11 juillet marque le 25e anniversaire de cet évènement tragique.

« Alors que le monde se souvient des personnes qui ont perdu la vie à Srebrenica et témoigne de sa solidarité envers les personnes qui ont survécu, il est absolument inacceptable que les familles de plus de 1000 victimes cherchent toujours la dépouille de leurs proches. La vérité quant au sort réservé aux proches de ces personnes est dissimulée depuis 25 ans, et il est donc difficile pour elles de trouver la paix et de tourner cette douloureuse page, a déclaré Jelena Sesar, chercheuse sur les Balkans à Amnesty International.

« Srebrenica est un rappel qu’aucune société n’est à l’abri des crimes les plus graves »

« Ce triste anniversaire marque également les 25 ans de la lutte menée par les survivant·e·s, notamment des victimes de viol et de violences sexuelles pendant la guerre, pour obtenir justice, vérité et réparations. Bien que plusieurs responsables de ces exactions, notamment Ratko Mladić et Radovan Karadzić, aient été traduits en justice, les survivant·e·s restent confrontés à des obstacles insurmontables dans leur combat pour obtenir vérité, justice et réparations pour leurs souffrances.

« Srebrenica est un rappel qu’aucune société n’est à l’abri des crimes les plus graves. Un génocide ne se produit pas du jour au lendemain. Les violences sont généralement précédées de plusieurs années de populisme haineux exploitant les divisions de la société, soutenu par des campagnes de fausses informations et de propagande. Pour tirer les leçons de Srebrenica et concrétiser l’engagement à faire en sorte que cela ne se reproduise jamais, nous devons commencer par lutter contre les discours haineux et la discrimination sous toutes ses formes. »

Complément d’information

Plus de 8 000 hommes et adolescents musulmans bosniaques ont été tués lorsque les forces serbes de Bosnie ont pénétré les 10 et 11 juillet 1995 dans l’enclave de Srebrenica, déclarée « zone de sécurité » par l’ONU, malgré la présence des Casques bleus.

En 2017, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie a déclaré Ratko Mladić coupable de 10 chefs d’accusation sur 11, notamment de génocide, de persécution pour des motifs ethniques et religieux de musulmans bosniaques et de Croates bosniaques, ainsi que d’extermination, de meurtre, d’expulsion et d’actes inhumains.

Bien que les corps de plus de 7 000 victimes du génocide de Srebrenica aient été exhumés, identifiés et enterrés, on compte toujours 1 000 cas de personnes portées disparues ou dont les dépouilles n’ont pas encore été exhumées et identifiées.

Malgré les poursuites de haut niveau dont ont fait l’objet certains des principaux architectes de la guerre en Bosnie-Herzégovine, notamment Ratko Mladić et Radovan Karadzić, un très grand nombre d’affaires restent en attente devant les tribunaux du pays.

Le 11 juillet est la Journée de commémoration européenne du génocide de Srebrenica.

Toutes les infos
Toutes les actions

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition