Burundi, La confirmation de la condamnation de quatre journalistes porte un coup à la liberté de la presse

La cour d’appel de Ntahangwa a confirmé les condamnations d’Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi, journalistes travaillant pour Iwacu, l’un des derniers médias indépendants du Burundi.

« La décision de rejeter l’appel des journalistes d’Iwacu est à la fois décevante et injuste. Ils sont incarcérés pour avoir enquêté de manière pacifique et travaillé sur des sujets d’intérêt public. Amnesty International estime que les quatre journalistes sont des prisonniers d’opinion, qui doivent donc être libérés immédiatement et sans condition.

« Nous encourageons les autorités burundaises à garantir la protection pleine et entière du droit à la liberté d’expression et du droit d’avoir accès à l’information, et à mettre un terme à leurs manœuvres visant à faire taire les journalistes. »

Complément d’information

Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Egide Harerimana et Térence Mpozenzi, ainsi que leur chauffeur Adolphe Masabarakiza, ont été arrêtés le 22 octobre 2019 alors qu’ils se rendaient dans la province de Bubanza pour couvrir des affrontements.

Le 30 janvier 2020, les quatre journalistes ont été condamnés chacun à deux ans et demi d’emprisonnement et à une amende d’un million de francs burundais (environ 465 euros). Ils ont été reconnus coupables de « tentative impossible » d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État – c’est-à-dire une tentative jugée impossible à aboutir pour des raisons non identifiées par les accusés. Adolphe Masabarakiza, qui avait été remis en liberté provisoire en novembre 2019, a été acquitté.

Au cours du procès, le ministère public a présenté à titre de preuve une blague envoyée via WhatsApp par l’une des journalistes à un collègue dans laquelle elle disait qu’ils allaient « appuyer la rébellion ». La défense a présenté un autre message de la même journaliste disant « nous allons en découdre avec ces gens qui veulent perturber la paix et les élections ».

Les journalistes ont fait appel de leur condamnation. Cet appel a été examiné le 6 mai par la cour d’appel de Ntahangwa, lors d’une audience qui s’est tenue au tribunal de grande instance de Bubanza. Leur condamnation a été confirmée le 4 juin.

Toutes les infos
Toutes les actions

Justice pour George Floyd !

Signez notre pétition pour demander au gouverneur du Minnesota que justice soit faite pour George Floyd, afro-américain victime de violences policières