États-Unis, Il faut revenir sur l’annulation « scandaleuse » du visa d’Eyal Weizman

Eyal Weizman, directeur de Forensic Architecture

Le gouvernement des États-Unis devrait revenir sur sa décision scandaleuse d’annuler le visa d’Eyal Weizman, enquêteur renommé spécialisé dans les droits humains. Elle a condamné avec fermeté cette décision et a fait part de ses vives préoccupations quant à la méthode d’annulation des visas fondée sur des algorithmes de sécurité qui posent problème.

« Empêcher Eyal Weizman d’entrer aux États-Unis cause un tort énorme au travail de recueil d’informations sur les droits humains, a déclaré Margaret Huang, directrice d’Amnesty International États-Unis.

« Il serait ridicule de suggérer qu’Eyal Weizman représente une menace pour la sécurité. En lui interdisant l’entrée sur le territoire, les États-Unis se couvrent de honte. »

Eyal Weizman, directeur de Forensic Architecture [1], organisme d’enquête installé à Londres, devait s’envoler pour Miami pour sa première grande exposition aux États-Unis, inaugurée le 20 février 2020 au Miami Dade College’s Museum of Art and Design (MOAD) [2]. Deux jours avant la date de son départ, l’ambassade américaine l’a informé que son visa avait été annulé.

Lorsqu’Eyal Weizman s’est rendu à l’ambassade pour redéposer une demande de visa, un agent l’a informé que son autorisation de se rendre à l’étranger avait été annulée, car un « algorithme » l’avait identifié comme une menace pour la sécurité.

« Invoquer les résultats d’un algorithme ne saurait dissimuler le caractère fallacieux de cette décision et, au contraire, cela avive nos préoccupations quant à la manière dont cette décision a été prise, a déclaré Margaret Huang. Il s’agit d’une exclusion idéologique via un algorithme, un indicateur inquiétant des préjugés et de l’irrationalité d’une politique sécuritaire de haute technologie. »

On connaît bien les problèmes liés aux décisions algorithmiques discriminatoires, opaques et n’ayant pas à rendre de comptes. Les algorithmes conçus pour prédire « les risques en termes de sécurité » pourraient servir à signaler de manière arbitraire certains groupes, dont les enquêteurs des droits humains, sous un vernis d’objectivité et d’exactitude. Il est particulièrement inquiétant que des algorithmes prennent ou influencent des décisions qui ont de telles répercussions négatives sur les droits à la liberté d’expression, d’opinion et d’association, sans véritable supervision humaine et sans possibilité de recours.

Comme précisé ci-dessous, Eyal Weizman et Forensic Architecture réalisent un travail innovant de recueil d’informations sur les graves atteintes aux droits humains perpétrées par des acteurs du gouvernement américain – ce qui fait craindre que la décision de lui interdire l’entrée aux États-Unis ne soit entachée de préjugés politiques.

L’exclusion idéologique est pratiquée de longue date aux États-Unis et est utilisée depuis des décennies comme un outil politique pour empêcher que la population ne soit exposée à des points de vue dissidents. Au cours de la Guerre froide, en particulier, le gouvernement américain a refusé des visas à des intellectuels, des écrivains et des artistes de renommée mondiale qui, estimait-il, risquaient de promouvoir le communisme ou d’autres opinions « subversives ».

Le laboratoire d’Eyal Weizman, Forensic Architecture, s’appuie sur des analyses spatiales, des analyses médicolégales et d’autres méthodologies de recherche de pointe pour rassembler des informations et mettre en évidence des violations des droits humains. Son travail en faveur des populations victimes de la violence d’État est à la fois vaste et efficace. Parmi ses projets, citons des investigations sur les crimes de guerre imputables à Israël en Palestine occupée, les frappes de drones américains au Pakistan et les homicides imputables à la police à Chicago.

Forensic Architecture vient d’annoncer une nouvelle investigation sur le centre de détention de Homestead en Floride, où les enfants migrants sont détenus, selon des militants, dans « des conditions strictes, austères et inhumaines ».

Collaborant fréquemment avec Amnesty International, Forensic Architecture a été fondée en 2010 et est basée au Goldsmiths College de l’Université de Londres.

« Il s’agit d’un exemple frappant de la manière dont le filet d’une surveillance toujours croissante, allié à une analyse poussée des données, alimente un pouvoir étatique n’ayant pas de comptes à rendre, renforcé par une prise de décision algorithmique cachée », a déclaré Margaret Huang.

Toutes les infos
Toutes les actions

Justice pour George Floyd !

Signez notre pétition pour demander au gouverneur du Minnesota que justice soit faite pour George Floyd, afro-américain victime de violences policières