Guinée : Le nombre de morts s’élève avec l’aggravation de la répression des manifestations d’opposition

Alors que la Guinée connaît une nouvelle vague de manifestations politiques, les autorités doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger le droit de réunion pacifique et veiller à ce qu’aucune autre personne ne perde la vie à cause de la violence de tous les côtés, notamment des excès meurtriers des forces de sécurité.

· Au moins 18 personnes ont été tuées depuis janvier dans le contexte des manifestations, dont trois par arme à feu au cours des deux dernières semaines.
· Une vidéo et des photos authentifiées montrent des membres d’une unité d’élite militaire sur les lieux d’une manifestation.
· La voiture d’un dirigeant de l’opposition a été touchée par un projectile.

Depuis le début de l’année 2018, au moins 18 personnes sont mortes dans le contexte des manifestations, dont trois ont été tuées par des tirs d’armes à feu semblant provenir des forces de sécurité les 16, 23 et 30 octobre dans la capitale, Conakry.

Par le biais de son Service de vérification numérique (réseau de bénévoles formés à la vérification des réseaux sociaux), Amnesty International a authentifié des vidéos et des photos montrant des membres des « bérets rouges », une unité d’élite militaire déjà impliquée dans des violations des droits humains comprenant des homicides illégaux et des violences sexuelles, portant des armes aux côtés de la police lors d’une manifestation le 15 octobre.

« Au cours de cette année, les manifestations en Guinée ont été marquées par une violence effroyable de tous les côtés, notamment un usage excessif de la force par les forces de sécurité, et le déploiement d’une unité militaire connue pour avoir commis des violations des droits humains risque d’aggraver encore la situation, a déclaré François Patuel, chercheur pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Étant donné que l’opposition guinéenne prévoit de nouvelles manifestations dans les prochains jours, les autorités doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter que la situation ne devienne incontrôlable. Elles doivent faire clairement savoir à toutes les forces de sécurité que l’utilisation injustifiée et excessive de la force ne sera pas tolérée.  »

Plus de 150 personnes sont mortes après que des membres des « bérets rouges » ont ouvert le feu lors d’une manifestation au stade de Conakry le 28 septembre 2009. Au cours de cet événement, une centaine de femmes ont été violées, plus de 1 500 personnes ont été blessées et beaucoup d’autres ont disparu.

Amnesty International appelle les autorités à ouvrir des enquêtes sur toutes les personnes soupçonnées d’avoir commis des violations des droits humains dans le contexte des manifestations, y compris celles occupant des fonctions de commandement, et à s’assurer qu’elles ne soient pas mobilisées tant que les enquêtes et les poursuites pénales engagées le cas échéant seront en cours.

Depuis les élections locales du 4 février 2018, des groupes d’opposition manifestent contre des résultats qu’ils jugent frauduleux et appellent régulièrement à des manifestations et des opérations « ville morte », lors desquelles les citoyens sont invités à rester chez eux.

Nombre de ces manifestations ont donné lieu à des affrontements meurtriers entre les manifestants et les forces de sécurité. Des violences ont été signalées des deux côtés ; certains manifestants auraient lancé des pierres, blessant des membres des forces de sécurité. Celles-ci ont souvent répondu par un usage excessif et aveugle de la force contre les manifestants, en ayant recours à des gaz lacrymogènes, des coups de matraque et des tirs à balles réelles.

Les autorités doivent veiller à ce que l’utilisation de la force par les responsables de l’application des lois soit évitée pendant les manifestations et limitée à certaines circonstances exceptionnelles. Les violences sporadiques ne doivent pas servir de prétexte aux autorités pour disperser une manifestation et empêcher des manifestants pacifiques de poursuivre leur action de protestation. Les forces de sécurité ne doivent jamais faire usage d’armes à feu pour disperser une manifestation, même lorsque celle-ci devient violente.


Récemment, la situation s’est à nouveau envenimée quand des groupes d’opposition ont accusé les autorités de ne pas avoir respecté un accord conclu en août quant à l’installation des élus locaux après les élections contestées.

Le 30 octobre, des groupes d’opposition ont annoncé la mort d’un homme de 30 ans blessé par balle dans le quartier de Bambeto à Conakry.

Le 23 octobre, un manifestant a été tué par balle à Cosa, un autre quartier de la capitale. Selon un porte-parole de la police, il a reçu une balle perdue dans la poitrine.

Le même jour, la voiture de Cellou Dalein Diallo, dirigeant de l’opposition, a été atteinte par un projectile. Sur des vidéos authentifiées par Amnesty International, on voit les forces de sécurité jeter un grand nombre de grenades lacrymogènes en direction de véhicules remplis de militants de l’opposition qui tentaient de quitter les lieux de la manifestation.

Amnesty International demande une enquête approfondie, impartiale et efficace sur les allégations indiquant que Cellou Dalein Diallo a été pris pour cible parce qu’il a critiqué ouvertement le gouvernement.

Le 16 octobre, un homme est mort des suites de blessures par balle après que les forces de sécurité ont dispersé une manifestation à Conakry. Amnesty International a reçu des vidéos et des photos d’une manifestation qui s’est déroulée le 15 octobre, sur lesquelles l’organisation a pu vérifier la présence d’au moins deux membres des « bérets rouges » parmi les forces de sécurité s’en prenant aux manifestants.

Les normes et traités régionaux et internationaux relatifs aux droits humains disposent clairement que, en règle générale, le personnel militaire ne peut être déployé pour le maintien de l’ordre lors de rassemblements qu’en cas de nécessité absolue et dans certaines circonstances exceptionnelles. 

Les autorités guinéennes se sont engagées à plusieurs reprises à veiller à ce que les membres de l’armée ne soient plus déployés pour maintenir l’ordre lors des manifestations.

Le 22 octobre, le chef d’état-major des forces armées a publié une déclaration rappelant que les militaires n’ont pas le droit de porter des armes en dehors de leurs camps et que les forces armées ne sont pas censées participer au maintien de l’ordre au cours des manifestations.

«  Le gouvernement doit tenir les engagements qu’il a pris d’arrêter d’utiliser l’armée pour les opérations de maintien de l’ordre lors des manifestations, a déclaré François Patuel.

« Les risques de nouvelles violations des droits humains sont trop élevés pour que les autorités continuent leurs pratiques habituelles.  »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.