Malaisie : Les portraits de deux militants LGBTI retirés sur ordre du ministre

Deux portraits de militants LGBTI ont été retirés de la vue du public au George Town Festival dans l’État de Penang sur ordre du ministre des Affaires religieuses.

«  Le retrait de ces portraits est un acte gravement discriminatoire qui va à l’encontre de l’engagement déclaré du gouvernement du Pakatan Harapan (Alliance de l’espoir) de favoriser la diversité et le caractère inclusif de la société malaisienne, a déclaré Rachel Chhoa-Howard, chercheuse sur la Malaisie à Amnesty International.

«  Hélas, c’est une décision qui va tout à fait dans le sens de plusieurs annonces récentes du ministre, qui diabolise les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) et les expose à de graves risques de préjudices.

«  Le nouveau gouvernement de Malaisie doit saisir l’occasion de fixer des normes relatives aux droits humains plus élevées dans la région. Cela suppose de garantir une société inclusive, égalitaire et tolérante pour les LGBTI. »

Complément d’information

Le gouvernement de l’État de Penang a retiré les portraits des défenseurs bien connus des droits des LGBTI Nisha Ayub et Pang Khee Teik après avoir été contacté par le ministre des Affaires religieuses Datuk Mujahid Yusof Rawa, qui a déclaré aux médias :

«  J’ai été informé de l’exposition qui présentait leurs portraits, aux côtés du drapeau arc-en-ciel, dans une galerie publique. J’ai contacté le gouvernement d’État pour vérifier si cela était vrai et j’ai fait savoir à plusieurs reprises au Parlement que nous ne sommes pas en phase avec la promotion de la culture LGBT en Malaisie. »

Amnesty International a publié une déclaration publique le 11 juillet, condamnant la discrimination envers les personnes LGBTI en Malaisie de la part des responsables politiques.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.