Myanmar, Les autorités doivent cesser immédiatement d’employer la force meurtrière

Myanmar manifestations

Dix-huit personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées lorsque la police et l’armée ont attaqué des manifestant·e·s pacifiques à travers le pays dimanche 28 février.

« Il est choquant et très inquiétant que la police et l’armée aient répondu par la force meurtrière face à des manifestant·e·s totalement pacifiques, ce qui a entraîné une hausse brutale du nombre de morts hier », a déclaré Emerlynne Gil, directrice régionale adjointe des recherches à Amnesty International.

« Ces manifestant·e·s doivent pouvoir exercer leur droit de se réunir pacifiquement pour exprimer leur avis sur la situation actuelle du pays.

« Tous les responsables de l’application des lois, qu’il s’agisse de la police ou de l’armée, sont tenus de faciliter et de protéger les rassemblements pacifiques. Ils ne doivent pas blesser des manifestant·e·s et en aucun cas employer la force meurtrière. Toute mesure prise pour restreindre ces rassemblements pacifiques doit être légitime, proportionnée et nécessaire.

« Dans cette situation qui se dégrade rapidement, les forces de sécurité du Myanmar doivent immédiatement cesser d’avoir recours à une force injustifiée contre les manifestant·e·s pacifiques et libérer toutes les personnes arrêtées arbitrairement. »

Complément d’information

Selon des informations parues dans les médias, 18 manifestant·e·s ont été tués le 28 février par les forces de sécurité, qui ont fait usage d’armes létales contre des manifestant·e·s pacifiques lors de rassemblements de grande ampleur à travers le pays.

Depuis le coup d’État militaire du 1 er février 2021, la population du Myanmar organise des manifestations nationales, qui sont non violentes dans leur immense majorité.

Une mission d’établissement des faits de l’ONU menée précédemment au Myanmar avait demandé que le général Min Aung Hlaing, chef de l’armée aujourd’hui à la tête du pays, et d’autres hauts gradés fassent l’objet d’une enquête et soient poursuivis pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit