Nicaragua : Le déni des violations des droits humains s’inscrit dans une stratégie de répression

Le gouvernement du président Daniel Ortega a rejeté catégoriquement le rapport de la Commission interaméricaine des droits de l’homme sur les graves violations des droits humains commises dans le cadre des récentes manifestations au Nicaragua.

«  Il est honteux que le gouvernement du président Ortega nie l’indéniable. Les preuves sont très nombreuses, notamment des milliers de témoignages, qui attestent que l’État nicaraguayen a commis de terribles violations des droits humains et continue de le faire chaque jour. Il faut que cela cesse avant que d’autres vies ne soient perdues, a déclaré Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

«  La réaction du gouvernement aux conclusions de la Commission interaméricaine des droits de l’homme démontre que la rhétorique du déni et de la division font partie de sa stratégie de répression contre les Nicaraguayens. Nous rappelons à l’État qu’il est tenu aux termes du droit international de protéger les droits fondamentaux de tous, sans distinction ni discrimination.  »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition